BFM Business

Audi Q2, quand l'A3 prend de la hauteur

Le Q2 est le premier SUV urbain d'Audi, et le plus petit modèle de sa gamme avec la compacte A1.

Le Q2 est le premier SUV urbain d'Audi, et le plus petit modèle de sa gamme avec la compacte A1. - Pauline Ducamp - BFMTV

Audi se lance sur le créneau du SUV urbain, avec en ligne de mire, le Mini Countryman, le BMW X1 et le Mercedes GLA. Côté look et équipements, il rappelle l'A3 Sportback, un peu plus surélevé, avec un tarif pour rivaliser avec les autres modèles allemands.

L’Audi Q2, c’est une grande A1, voire une A3 surélevée. Un peu comme la Fiat 500X se veut la version bodybuildée de la Fiat 500 ou le Countryman, la MINI en taille XXL. Si les compactes polyvalentes sont toujours des best-sellers européennes, l’avenir au niveau mondial semble désormais appartenir aux SUV urbains: ils représentent en effet 42% des ventes aux Etats-Unis et un quart des commandes en Europe. Des chiffres qui ne cessent de grimper.

BMW est présent sur ce segment depuis 2009 avec le X1, puis le X2 l’année prochaine et le Coutryman, Mercedes a conquis de nouveaux clients avec le GLA. Audi complète aujourd'hui une offre dominée par les Nissan Juke, Renault Captur ou Peugeot 2008, des modèles auxquels le constructeur allemand compte bien piquer des clients.

"C’est une opportunité de conquête, explique-t-on chez Audi. Nous aurons besoin dans les années à venir de plus de SUV dans la gamme. Le Q2 s’ajoute aux Q3, Q5 et Q7, avant l’arrivée d’un grand SUV coupé et d’un SUV 100% électrique, d’ici la fin de la décennie".

Sur le Q2, Audi a placé des "side-blades", ces éléments de décoration argentés, pour rappeler l'Audi R8.
Sur le Q2, Audi a placé des "side-blades", ces éléments de décoration argentés, pour rappeler l'Audi R8. © Pauline Ducamp

Une A3 version haute

Avec une telle pression commerciale, le Q2 se devait d’avoir les épaules larges, et un look différenciant. Enfin, pour une Audi. La silhouette est harmonieuse, et rappelle clairement l’A3. Avec 4,19 mètres, le Q2 fait la même taille. Et de la face avant aux montants arrières, en passant par les bouches d’aération, le Q2 se confond avec l’A3. Comme une nouvelle déclinaison de l'A3 Sportback. Ce qui fonctionne parfaitement, puisque le petit SUV est plus harmonieux que le Q3, le SUV de taille moyenne d'Audi, et moins agressif que le Q7, le grand SUV du constructeur allemand.

Au volant, oublions directement la boite manuelle. Les rapports sont trop courts, pour rester en sous-régime et consommer peu. Résultat: le Q2 est brusque, les 150 chevaux sous le capot ne se sentent pas du tout, sans parler de la reprise inexistante. Avec la boite S tronic à 7 rapports, avec palettes au volant, tout rentre dans l’ordre: le Q2 est bien une Audi, à l’aise sur route, très à l’aise sur autoroute.

Audi souhaite mieux différencier sa gamme de SUV du reste de son offre, avec une calandre spécifique.
Audi souhaite mieux différencier sa gamme de SUV du reste de son offre, avec une calandre spécifique. © Pauline Ducamp

Beaucoup d'options, des prix élevés, une Audi

Position de conduite surélevée, gabarit raisonnable, le SUV passe aussi très bien en ville, grâce surtout à une direction très sensible. Audi fait tout pour conserver son identité de laboratoire technologique, avec de nombreuses équipements déjà vus sur la berline A4, du coupé TT ou le SUV Q7, comme l’Audi Virtual cockpit, la reconnaissance des panneaux ou l’assistant de circulation dans les bouchons. Le Q2 gère alors seul la vitesse et le freinage, sous la barre des 30 km/h et sa planche de bord rappelle celle du TT. La direction est précise et accompagne les mouvements du volant. Idéal en ville.

Cette affluence de technologies fait écho aux packages du Countryman ou du X1, les tarifs du Q2 aussi… Le petit SUV démarre à 26.500 euros, notre version à l’essai, la S Line, atteint les 33.100 euros. Soit quelques centaines d’euros de plus que le Skoda Kodiaq, dans une finition milieu de gamme bien équipée, avec 4,70 mètres de long. Mais sans ces tarifs un peu haut de gamme, ce ne serait, ce ne serait pas vraiment une Audi.

Les motorisations s'échelonnent entre 116 et 190 chevaux, avec un moteur essence de 150 chevaux.
Les motorisations s'échelonnent entre 116 et 190 chevaux, avec un moteur essence de 150 chevaux. © Pauline Ducamp

"LE" truc: l’affichage tête haute

Uniquement disponible en option pour 680 euros (!), l’affichage tête haute est une vraie réussite. Précis dans l'analyse des distances pour la navigation, regroupant les informations essentielles, c'est un vrai bonheur en ville.

Détail appréciable dans l’habitacle (et qui fera aussi grimper la facture): les inserts rétroéclairés à LED sur la planche de bord, réglable avec toutes les couleurs de l’arc-en-ciel, très élégant, pour faire oublier les plastiques disgracieux.

Le chiffre: 150 chevaux 

C'est le seule puissance disponible en essence, pratique vus les 1340 kg du Q2. Deux autres motorisations, deux diesel, sont aussi au catalogue: un moteur 1,6 litres TDi de 116 chevaux et un 2 litres TDI de 190 chevaux. 

Notre version: Audi Q2 S-Line doté d’un moteur quatre cylindres TFSI de 150 chevaux.

Uniquement disponibles en option, dans le cadre d'un pack éclairage d'ambiance, les jolis inserts coûtent au minimum la bagatelle de 270 euros...
Uniquement disponibles en option, dans le cadre d'un pack éclairage d'ambiance, les jolis inserts coûtent au minimum la bagatelle de 270 euros... © Pauline Ducamp
Pauline Ducamp