BFM Business

Kodiaq: l’ours de Skoda va-t-il dévorer Volkswagen?

Le Kodiaq pourra-t-il mettre KO le Touareg ?

Le Kodiaq pourra-t-il mettre KO le Touareg ? - Clément Choulot

La marque tchèque appartenant au groupe Volkswagen vient de présenter son premier gros SUV, le Kodiaq. Avec une bonne qualité perçue et un niveau d’équipements séduisant, ce modèle pourra concurrencer directement le Volkswagen Touareg de sa maison-mère, ainsi que le Tiguan 7 places attendu pour 2017.

Skoda s'apprête à lâcher son Kodiaq dans la nature. La marque tchèque vient en effet de dévoiler son premier gros SUV (4,70 mètres et proposé en version 5 ou 7 places), tant attendu après une longue campagne de teasing. Sa commercialisation prévue pour mars 2017 va permettre à Skoda de se positionner sur ce segment, en attendant le renouvellement de son SUV plus compact de 50 centimètres, le Yéti, prévu pour la fin de l’année prochaine.

"En termes de volume de coffre, d’espace à la tête, de modularité et de technologie, le Kodiaq va être supérieur à tous nos concurrents sur le marché", explique Robert Dugueperoux, son chef de produit pour Skoda France. Au point de bousculer les cartes au sein du groupe Volkswagen?

Un mangeur de Tiguan?

Le Kodiaq, emprunte en effet son nom à un archipel d’Alaska, Kodiak, où vit un ours du même nom, réputé comme étant l’un des plus grands carnivores terrestres. Un élément anecdotique, mais en réalité symbolique, puisque ce modèle pourrait bien faire de Skoda un redoutable prédateur pour Volkswagen.

Le constructeur tchèque a entamé depuis quelques années une montée en gamme qui, rapportée à un positionnement prix particulièrement compétitif, en fait désormais un des fleurons du groupe allemand. Au premier semestre 2016, Skoda a ainsi battu son record de ventes avec 570.000 unités écoulées sur la période, lui permettant de dégager une marge opérationnelle de 9,6%. Bien au-dessus de la marque Volkswagen (4,9%), qui paye plein pot le scandale du dieselgate, mais surtout d’Audi (8%), acteur historiquement le plus performant dans la galaxie VW.

Le Kodiaq représente en effet un nouvel exemple de la success-story Skoda. Le nouveau SUV repose ainsi sur la plate-forme MQB, tout comme l’Octavia et la Superb, un élément décisif pour que la marque maintienne ses coûts au plus bas. Le Kodiaq sera ainsi proposé à partir de 24.900 euros en France, et environ 1000 euros de plus pour disposer des 7 places. Un argument imparable face à un certain Volkswagen Touareg, dont le prix démarre à plus de 54.000 euros, certes avec une motorisation plus performante. Mais même avec son moteur le plus puissant (le TDI de 190 chevaux) et des options poussées au maximum, le Kodiaq ne devrait pas dépasser le prix d’entrée de son cousin allemand.

Des équipements et une connectivité haut de gamme

Surtout que du côté de ses équipements, le Kodiaq frappe fort. Ses systèmes d’aide à la conduite proposées en options intègrent le freinage d’urgence en ville jusqu’à 34 km/h, un détecteur d’angle mort et un régulateur de vitesse adaptatif capable de fonctionner aussi bien dans un trafic fluide que dans les bouchons avec le Traffic Jam Assist. Ce modèle est également le premier chez Skoda à proposer la vision périphérique virtuelle, déjà proposée chez VW. Le conducteur peut visualiser son véhicule en vue du dessus avec les obstacles environnants. Pratique pour une voiture de ce gabarit. Capable de tracter jusqu’à 2,5 tonnes, le Kodiaq peut également fournir une assistance pour les manœuvres en marche arrière avec remorque (une des options les plus onéreuses sur l'Audi Q7).

Skoda a également mis l’accent sur la connectivité avec une compatibilité Android Auto, Apple CarPlay et Mirror Link. L’écran tactile sera proposé de série et une carte sim 4G sera incluse dès le deuxième niveau de finition (fonctionnement avec une clé 3G sinon. De quoi transformer la voiture en hotspot wifi pour ses occupants et de proposer une myriade de services connectés. A bord, avec GPS connecté, informations diverses et possibilité d’importer sur le véhicule un trajet préparé depuis son ordinateur. Mais aussi à distance, grâce à une application smartphone capable de dialoguer avec le véhicule et d’indiquer par exemple le niveau de carburant restant dans le réservoir. Plus original, une option de "contrôle parental" est proposée: elle permet aux parents d’être alerté par SMS en cas de dépassement d’une limite de vitesse pré-enregistrée ou de dépassement d’une zone donnée.

Tous les formats de SUV sur les marques VW

Pas question toutefois de parler de cannibalisation entre les différentes marques du groupe allemand, du moins au sein de la direction de Volkswagen. "A court terme, sur les SUV compris entre 4 et 5 mètres de long, notre volonté est de proposer un véhicule tous les 10 à 15 centimètres", indique Jacques Rivoal, patron du groupe Volkswagen pour la France et venu assister à la naissance du gros ours de Skoda à Berlin. 

Entre l’Audi Q2 d’un peu 4,1 mètres et le Q7 de 5 mètres, on trouve en effet par ordre croissant le Yeti, le Seat Ateca, le Q3, le Volkswagen Tiguan, le Q5, le Touareg et donc désormais le Kodiaq. Sauf que le prochain sur la liste: le Tiguan XL, attendu pour le début de l’année prochaine, sera à peu près de même dimension que son cousin de chez Skoda et proposera lui aussi 7 places. A voir comment il parviendra à se différencier pour ne pas risquer d'être battu par KO par le Kodiaq... "La montée en gamme de Skoda pose depuis deux ans la question du positionnement de VW", souligne un fin connaisseur du secteur.

En attendant, Skoda France compte beaucoup sur ce SUV pour booster ses ventes. La marque tchèque a écoulé un peu plus de 21 000 unités en 2015 dans l'Hexagone, marché qui reste loin derrière des pays comme l'Allemagne ou le Royaume-uni. Mais avec sa montée en gamme, Skoda affiche son ambition de doubler ce niveau d'ici à 2018. Sur le papier et en photo, le Kodiaq a en effet tous les atouts pour se hisser bien haut dans le palmarès des ventes... mais on ne va pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir conduit! Rendez-vous pour les essais en novembre. 

Julien Bonnet