BFM Auto

Essai Nouvelle 508: Peugeot veut faire oublier Uber et Volkswagen

Le constructeur français dévoile la seconde génération de la berline préférée des ministres et des VTC. Peugeot veut garder le prestige, mais la faire encore monter en gamme.

Une allure de tigre à dents de sabre, un ronronnement de chaton, la douceur d’une patte de velours sur le bitume. La Nouvelle 508 place très haut le curseur du plaisir félin au volant, au point de nous faire oublier qu’on la connaissait surtout jusqu’à présent comme une voiture pratique. Une voiture où l’on s’asseyait à l’arrière, après l’avoir commandée via une appli, une voiture avec chauffeur. "Nous voulons redonner une envie de berline à nos clients", soulignait dans un film promotionnel Jean-Philippe Imperato, le directeur général de Peugeot. Et pas simplement l'envie de s'asseoir sur la banquette arrière, mais surtout de prendre le volant.

Peugeot s'est éloigné du look classique de la berline à coffre, avec une allure plus proche du coupé, et un centre de gravité plus bas.
Peugeot s'est éloigné du look classique de la berline à coffre, avec une allure plus proche du coupé, et un centre de gravité plus bas. © BFM

Mais pourquoi… la Nouvelle 508?

Renouveler la 508 était à la fois une obligation et un pari risqué pour Peugeot. En dehors des modèles de marques allemandes, le segment des berlines est en déshérence chez les constructeurs généralistes. Les SUV ont tout balayé sur leur passage (34% des ventes mondiales depuis janvier selon le cabinet JATO). La forme même de la berline avec coffre est devenue ringarde. Alors que 534.000 Peugeot 406 (1995-2004) sont encore présentes dans le parc français, seules 147.000 508 première génération (2011-2018) roulent aujourd’hui en France. Plus de 3 fois moins…

Plutôt fiable et pratique, la première génération de 508 ne reposait pas cependant sur une base technique prête à faire la différence. Pas de quoi donc booster les ventes. "Nous avons fait de gros rabais, ce qui a amené de nombreux VTC à s’équiper de la voiture", résume un ingénieur de Peugeot. Ce marché a permis à la 508 de maintenir ses volumes de vente, et de prouver sa fiabilité. Mais Peugeot veut se positionner comme la référence du généraliste haut de gamme, en lieu et place de Volkswagen, il a dû faire évoluer l’image de la 508. Exit la voiture française ‘planplan’, bonjour le coupé 5 portes sexy.

Peugeot a particulièrement travaillé l'arrière de la Nouvelle 508, avec notamment de nouveaux phares.
Peugeot a particulièrement travaillé l'arrière de la Nouvelle 508, avec notamment de nouveaux phares. © BFM

Cette seconde génération reprend en effet le design en vogue pour les berlines statutaires, comme les Kia Stinger, Audi A5, ou encore Volkswagen Arteon. Des lignes agressives et acérées, un arrière travaillé, des ailes élargies, la Peugeot 508 adopte également des portières sans montant, afin d’accentuer le look coupé.

Son centre de gravité abaissé semble la coller au sol. Peugeot a aussi introduit de nouvelles optiques, à l’avant comme à l’arrière, travailler la qualité perçue. Il a surtout doté la nouvelle 508 de nombreuses innovations technos, dont la dernière génération de l’i-cockpit (voir ‘LE’ truc en plus).

La 508 II passe de 4,83 mètres à 4,75, mais l'empattement reste presque le même: 2,79 au lieu de 2,82 mètres.
La 508 II passe de 4,83 mètres à 4,75, mais l'empattement reste presque le même: 2,79 au lieu de 2,82 mètres. © BFM

Au volant de la Nouvelle Peugeot 508

Au-delà du look et des matériaux élégants, cette 508 épate surtout par ses qualités routières. Comme elle bénéficie de l’excellente plateforme EMP-2 et d’une direction précise, c’est un bonheur de conduite. La berline se place parfaitement dans les virages, reste collée au sol. La boite automatique 8 rapports EAT8 ajoute à cet agrément, même si elle manque parfois d’un peu de reprise.

Aucun petit son disgracieux de roulement ne vient troubler notre trajet à basse vitesse. La berline est peut-être même un peu trop silencieuse, en particulier en mode Sport, où les 225 chevaux mériteraient de se faire un peu plus entendre. Le diable se niche dans les détails.

La Nouvelle 508 dispose d'une puissance allant de 130 chevaux (en diesel) à 225 chevaux (en essence).
La Nouvelle 508 dispose d'une puissance allant de 130 chevaux (en diesel) à 225 chevaux (en essence). © BFM

Le plus bluffant reste cependant sa maniabilité. Plus petite (4,75 mètres contre 4,83 précédemment), la 508 reste un grand modèle. Mais au volant, elle se manie comme une 208. Le rayon de braquage est impressionnant, les manœuvres très simples, même si le revers de l’allure coupé, c’est une vitre arrière inexistante. Mais avec la caméra de recul, et l’aide active au stationnement (en option), la 508 se glisse partout.

Les chauffeurs VTC pourraient bien désormais choisir la 508 avant tout pour ses qualités de conduite, et non plus pour son prix. Car pour le reste, il n’est pas vraiment sûr qu’elles leur conviennent. Confortable, l’accès à l’arrière n’est pas évident avec l’allure coupé, même si le passager bénéficie d’autant d’espace (notamment aux genoux) que sur la première génération. Le coffre perd aussi en volume: 488 litres contre 515 auparavant. Le hayon à ouverture mains libres sur la version GT est en revanche un énorme plus.

L'écran digital derrière le volant remplace astucieusement un affichage tête haute, avec une demi-douzaine de configurations possibles.
L'écran digital derrière le volant remplace astucieusement un affichage tête haute, avec une demi-douzaine de configurations possibles. © Peugeot

‘LE’ truc en plus: le nouveau i-cockpit

Pour marquer le positionnement haut de gamme de la 508, Peugeot fait évoluer le "i-cockpit" (c’est-à-dire l’ensemble petit volant/planche de bord/instrumentation). Le petit volant peut diviser, mais selon Guillaume Couzy, le directeur de Peugeot France, le i-cockpit est un véritable critère de fidélisation pour les clients depuis son lancement sur la 308.

Le design de l’écran derrière le volant, les différents modes d’affichage des informations, des compteurs classiques à la navigation placée au centre, ringardisent presque l’affichage tête haute, absent sur ce modèle. Les nouveautés se nichent surtout dans les technologies avec l’arrivée de la vision nocturne, comme sur le DS7 Crossback.

La berline offre désormais aussi une conduite autonome de niveau 2 sur autoroute. La 508 gère les distances de sécurité avec le véhicule précédent, la vitesse grâce au régulateur. Elle offre également l’aide au maintien dans la voie, très efficace. La 508 dispose également de la lecture automatique des panneaux, mais cette dernière technologie n’est pas couplée avec le régulateur de vitesse.

A côté de la série limitée de lancement 'First Edition', la finition GT est la plus élevée de la gamme 508.
A côté de la série limitée de lancement 'First Edition', la finition GT est la plus élevée de la gamme 508. © BFM

‘LE’ chiffre: 46.000

C’est en euros le tarif de la version GT à l’essai. "Les gens doivent se retourner sur son passage, sur son élégance", explique dans la vidéo de présentation Gilles Vidal, designer en chef de Peugeot. Il avait raison, la voiture suscite les regards. Mais suscitera-t-elle la signature d’un aussi gros chèque?

Le premier prix débute à 32.300 euros, avec une version diesel 1.5 BlueHDI 130 chevaux. Sur notre version GT, les options amènent facilement la note proche des 50.000 euros: 1.400 euros pour le système de vision nocturne, 920 euros pour la peinture ‘Rouge Ultimate’, ou encore 1300 euros pour le toit en verre panoramique. Et tout cela, sans compter le malus. Chez Peugeot, on confie qu’elle est beaucoup plus accessible en location longue durée. Comptez alors 574 euros par mois, après un premier loyer de 6.615 euros.

Peugeot a remis pour le patronyme sur le capot de la berline. Un hommage à la mythique 504.
Peugeot a remis pour le patronyme sur le capot de la berline. Un hommage à la mythique 504. © BFM

Notre version à l’essai: Peugeot 508 GT avec une motorisation 4 cylindres essence 1,6 litre de 225 chevaux et la boite automatique 8 rapports

Pauline Ducamp