BFM Auto

Essai – Nouvelle 308, toujours le chiffre porte-bonheur de Peugeot

Après une première génération (2007/2013), Peugeot a lancé en 2013 la seconde génération de la 308. Peugeot restyle cet été la compacte.

Après une première génération (2007/2013), Peugeot a lancé en 2013 la seconde génération de la 308. Peugeot restyle cet été la compacte. - D.P.

Peugeot restyle cette année la 308, sa compacte best-seller. Nouvelle face avant et technologies embarquées, mais comportement routier préservé, la Française semble devenue "LA" référence du segment, devant la Volkswagen Golf.

Renouveler une formule magique n'est pas chose aisée. C'est pourtant le lot (voire le pari) récurrent des constructeurs automobiles, avec le restylage imposé tous les 3 ans environ par le rythme effréné du marché. En 2017, Peugeot tente donc l'exercice périlleux avec l'un de ses best-sellers, la 308.

Avec 4,25 mètres de long, la 308 appartient au segment C, des berlines compactes, souvent à hayon, prisées des Européens, mais aussi des entreprises.
Avec 4,25 mètres de long, la 308 appartient au segment C, des berlines compactes, souvent à hayon, prisées des Européens, mais aussi des entreprises. © D.P.

Nouvelle face avant en harmonie avec la gamme actuelle, nouveaux éléments techniques comme des aides à la conduite venues des SUV 3008 et 5008, la compacte joue l'amélioration continue, tout en préservant l'essentiel: son statut de meilleur challenger de la Volkswagen Golf, le maître-étalon du segment depuis plusieurs décennies. Et le constructeur français s'en sort haut la main (même si, soyons honnête, les chiffres de vente mondiaux sont clairement en faveur de la Golf, troisième modèle le plus vendu dans le monde au 1er semestre, avec 430.000 unités écoulées).

La 308 reprend la face avant déjà vu sur la berline 508 pu sur le petit crossover 2008.
La 308 reprend la face avant déjà vu sur la berline 508 pu sur le petit crossover 2008. © D.P.

Mais pourquoi… la Nouvelle Peugeot 308?

Premier véhicule à reprendre le nom du modèle précédent chez Peugeot, la 308 avait lors de son lancement en 2013 accéléré le renouvellement technique de PSA. Là est la principale clé de sa réussite. Pour ce restylage, Peugeot a donc poursuivi dans cette voie, avec une nouvelle boîte de vitesse automatique (l’EAT8, réalisée avec le Japonais Aisin, mais disponible seulement en 2018 sur les versions essence comme la nôtre), un moteur 3-cylindres 1,2 PureTech de 130 chevaux dont l’injection a été revue, le tout toujours combiné à la plateforme modulaire EMP2, précise et bien équilibrée. La seconde force de la 308 sur laquelle a encore progressé Peugeot, c'est la finition.

"Avec cette génération de la 308, Peugeot a considérablement progressé en qualité perçue", nous confiait en mai Rémy Cornubert, associé au sein du cabinet AT Kearney, lors de la présentation de la 308 restylée. "La 308 préfigurait l'arrivée du i-cockpit (le nouveau système d'instrumentation vue sur les 3008 et 5008, ndlr), avec l'écran en hauteur, les clients y ont vu une véritable évolution. La simplification de la planche de bord a aussi beaucoup plu aux clients."

  • Feux à LEDs, écran tactile toujours aussi intuitif, intégration du smartphone via le système Mirror Link qui duplique l'interface du téléphone sur l'écran du véhicule, cette 308 restylée poursuit ce travail du détail et des éléments de confort, comme un toit panoramique en verre bluffant. Peugeot remet ainsi au niveau celle qui fût élue "Voiture de l'Année 2014" en Europe.
La calandre intègre des ailettes chromées, les optiques disposent désormais d'une signature à LEDs.
La calandre intègre des ailettes chromées, les optiques disposent désormais d'une signature à LEDs. © D.P.

La 308 occupe ainsi une place un peu à part dans la gamme Peugeot. Elle incarne la renaissance de PSA, la sortie de la quasi-faillite de PSA et sa montée en gamme. En 2016, après 3 années de commercialisation, elle parvenait à se classer en tête des ventes de compactes en France, alors que la Renault Mégane est plus récente: 75.509 Peugeot 308 vendues, contre seulement 45.775 Mégane… Le restylage devrait lui donner un coup de pouce supplémentaire cette année.

Cette teinte métallisée se nomme "Beige Pyrite".
Cette teinte métallisée se nomme "Beige Pyrite". © D.P.

Au volant

Dès les premiers tours de roue, la nouvelle 308 ne déçoit pas. Peugeot a conservé le petit volant, pratique et maniable. Notre version dispose aussi de la boite automatique EAT6, déjà développée avec Aisin, les passages sont souples, la conduite précise grâce au châssis très équilibré. La 308 est collée à la route, plutôt nerveuse, notamment avec le "Driver Sport Pack" (voir ci-dessous). Le tout sans secouer les passagers. Les sièges fermes donnent presque une impression de sièges sports. Six heures de trajet au volant passent avec plaisir.

Qualité de finition et souci du détail sont des points forts de la 308.
Qualité de finition et souci du détail sont des points forts de la 308. © D.P.

L’autre gros plus de cette nouvelle version, ce sont les aides à la conduite. Si le comportement routier reste sensiblement le même par rapport à la 308 I (merci Peugeot !), les technologies embarquées ont fait un bond depuis 2013. La 308 embarque désormais des technologies qui se retrouvent aussi notamment sur le 3008. Freinage d’urgence automatique, alerte de risque de collision, régulateur de vitesse adaptatif, sans compter l'alerte de franchissement de ligne, la petite Peugeot a tout d’une grande. L'affichage tête haute entre les deux compteurs est pratique et fonctionnel.

La différence entre la première version et cette version restylée se trouve surtout sous le capot et dans l'habitacle. Les feux arrière sont également à LEDs.
La différence entre la première version et cette version restylée se trouve surtout sous le capot et dans l'habitacle. Les feux arrière sont également à LEDs. © D.P.

Seul bémol: la 308 garde sa planche de bord, et ne passe pas au i-cockpit des 3008 et 5008, la référence désormais chez Peugeot. Mais à 28.000 euros pour notre 308 à l'essai, plus les options, le i-cockpit aurait certainement encore fait grimper les prix. Heureusement, tout en simplicité, la planche de bord reste élégante.

"Le" truc en plus: le "Driver Sport Pack"

Ce pack rappelle l'esprit des jeux de lumière présents dans l'habitacle de l'Audi Q2. Légèrement gadget, il est vite difficile de s’en passer. À 320 euros, le gadget a un coût, mais vaut le coup. "Sonorité du moteur amplifiée, pédale d’accélérateur plus réactive, direction assistée comme passage de rapports de boîte plus sportifs, qualité audio amplifiée", ce pack promet un peu le plaisir de conduite jusqu'à donner l’impression d’être un pilote sur route sinueuse. Bravo Peugeot!

Le mode Sport s'enclenche grâce à un bouton situé au centre de la console centrale. Les compteurs inversés passent alors en rouge, ce qui leur donne alors leur vrai sens (l'esprit sport) et constitue une invitation à piloter plus qu'à conduire.

Les compte-tours inversés de la 308, en rouge, quand le mode Sport est activé.
Les compte-tours inversés de la 308, en rouge, quand le mode Sport est activé. © D.P.

"LE" chiffre: 7,3

La consommation, 7,3 litres aux 100 kilomètres parcourus (pour un parcours total de 1180 kilomètres assez varié). Peugeot annonce lui 4 litres aux 100 kilomètres… Le passage à la pompe est fréquent, avec un réservoir de seulement 53 litres (un gain de poids considérable pour le constructeur, mais une contrainte pour l’automobiliste).

Notre modèle à l’essai: Peugeot 308 Allure 1,2 L PureTech 130 EAT6 (la finition Allure est la finition la plus élevée hors GT Line et GTI)

La 308 2e génération est le premier modèle de Peugeot à reprendre le nom du modèle précédent.
La 308 2e génération est le premier modèle de Peugeot à reprendre le nom du modèle précédent. © D.P.
Pauline Ducamp