BFM Business

Essai - Peugeot 5008, le luxe c'est l'espace

Peugeot renouvelle cette année le 5008. Fini le monospace, bienvenu au grand SUV 7 places.

Peugeot renouvelle cette année le 5008. Fini le monospace, bienvenu au grand SUV 7 places. - P. Ducamp

Ce sera l’une des stars de Peugeot au salon automobile de Genève la semaine prochaine. Le 5008 se réinvente en SUV, conservant la chrysalide pratique du monospace, désormais marié avec l’esthétique sportive du faux 4x4. Et la recette à succès déjà vue il y a quelques mois sur le nouveau 3008 fonctionne.

On le connaissait comme une voiture de papa, adorée des enfants car ils avaient chacun leur siège à l’arrière, adorée des taxis car on pouvait mettre facilement les valises des passagers dans le coffre. Mais ça, c’était avant… Non, en fait c’est toujours comme ça, mais en version 2010’s...

Avec cette seconde génération, Peugeot a en effet transformé le monospace 5008 en SUV 5008, le véhicule plébiscité cette décennie. Mais il a préservé ce qui faisait le succès du monospace: l’espace. Bienvenue dans le SUV 2 en 1, star de Peugeot au salon automobile de Genève dès ce mardi.

7 places, 4,64 mètres de long et surtout 2,84 mètres d'empattement, le 5008 offre une taille moyenne, mais un vrai espace intérieur.
7 places, 4,64 mètres de long et surtout 2,84 mètres d'empattement, le 5008 offre une taille moyenne, mais un vrai espace intérieur. © P. Ducamp
La première génération de 5008. Peugeot a commercialisé le monospace entre 2010 et fin 2016.
La première génération de 5008. Peugeot a commercialisé le monospace entre 2010 et fin 2016. © P. Ducamp

Mais pourquoi le Peugeot 5008?

La communication de Peugeot sur le passage du monospace au SUV est bien rodée, et on ne peut pas leur donner totalement tort. D’un coté, le marché des monospaces (qui n’existait déjà plus ou moins qu’en Europe) s’érode doucement: ce genre de voiture n’est plus à la mode. Et ce qu’il en reste est surtout occupé chez PSA par le Citroën C4 Picasso.

De l’autre côté, le SUV explose, quelles que soient les qualités du véhicule. En 2016, leurs ventes, toutes tailles confondues, ont cru de 20%, selon le cabinet JATO Dynamics: pratiquement un véhicule sur 3 vendu était en 2016 un SUV. Mais Peugeot ne tire pour le moment qu’une petite part de cette croissance. Toujours selon JATO Dynamics, en 2016, seuls 18% des ventes de PSA sont des SUV, contre certes 15% pour Volkswagen, mais 34% pour Renault. Peugeot a donc agi.

"Dès 2012, la décision a été prise de transformer le 5008 en SUV, et d’en faire un véhicule mondial, produit à Rennes comme en Chine", précise Bertrand Clergeot, chef de projet pour le grand SUV.

Car devenu SUV, le 5008 a aussi grandi: il propose désormais 7 places, avec 4,64 mètres de long, et surtout 2,84 mètres d’empattement (voir LE truc en plus, on vous le garantit, on pourrait vivre à l’arrière tellement il y a d’espace). "C’est un segment prometteur peu investi par les constructeurs", poursuit Bertrand Clergeot. Peugeot espère ainsi faire un hold-up avant l’arrivée de VW et de Renault sur ce segment.
Athlétique avec une haute ceinture de caisse, mais beaucoup de lumière dans l'habitacle, le 5008 offre une allure musclée.
Athlétique avec une haute ceinture de caisse, mais beaucoup de lumière dans l'habitacle, le 5008 offre une allure musclée. © P. Ducamp

Derrière le volant

Le 5008 rappelle le 3008, voire la 308 et pour cause: la plateforme EMP2, le petit volant, le i-cockpit, tous les éléments technologiques développés ces dernières années par PSA sont là, avec un réel plaisir de conduite. Même s'il est haut sur pattes, le 5008 colle à la route, la direction est précise, le châssis ne donne pas d’effet de roulis. L'affichage des informations entre les compteurs est très clair, et n’est absolument pas entravé par le volant, comme sur d’autres modèles Peugeot. En conduisant, on oublie donc vite qu’on se trouve dans une familiale, et on se voit déjà avaler les kilomètres.

Comme sur le 3008, le i-cockpit de Peugeot (son nouveau combiné de cadrans et d'écrans tactiles) est un très gros plus du 5008.
Comme sur le 3008, le i-cockpit de Peugeot (son nouveau combiné de cadrans et d'écrans tactiles) est un très gros plus du 5008. © P. Ducamp

Notre version à l’essai bénéficie de plusieurs aides à la conduite, dont l’Active Safety Break, le Distance Alert et l’assistance au freinage d’urgence intelligent. Le 5008 prévient que le véhicule qui nous précède est trop prêt, accompagne notre freinage, voire freine en cas de négligence de notre part. Bluffant et efficace. Le petit plus dans les multiples options: le système de massage multipoints des sièges (les mêmes que sur le 3008). Entre la souplesse de la plateforme et ces équipements de confort, on est comme dans un fauteuil.

-
- © P. Ducamp

"LE" truc: la Smart qu’on peut mettre dans l’habitacle

Avec 2,84 mètres d’empattement (la distance entre les essieux avant et arrière), on se doutait qu’on aurait de l’espace. Une Smart ne mesure en effet que 2,70 mètres et le 5008 dépasserait encore largement devant comme derrière. En configuration 5 places, on a donc de la place pour les jambes sans toucher les fauteuils, coulissant indépendamment les uns des autres. Même avec 7 places on ne sent pas tasser dans le coffre comme dans une Toyota Prius + par exemple. Une voiture de papa ou de maman, adorée des enfants, on vous le disait. Ou une voiture pour rugbymen ou basketteurs.

"LE" chiffre: 8

C’est le nombre de boutons piano sur la planche de bord, juste sous l’écran central. Très élégants en alu brossé, ils regroupent les fonctions essentielles de la voiture, de la navigation au téléphone ou au warning, pour un accès rapide sans passer par l’écran tactile. Pratique et élégant, le 3008 en bénéficie également.

Les boutons piano de la console centrale du 5008, regroupant les fonctions essentielles.
Les boutons piano de la console centrale du 5008, regroupant les fonctions essentielles. © P. Ducamp

Notre version à l’essai: Peugeot 5008 équipé du moteur 2 litres BlueHDI 150 chevaux avec la boite manuelle 6 rapports 

Pauline Ducamp