BFM Auto

Comment Lamborghini veut vendre son Super-SUV Urus à Paris

Lamborghini vient d'inaugurer son nouveau showroom situé à Puteaux (Hauts-de-Seine), tout près de Paris. Un choix logique pour la marque italienne de supercars et un nouveau fleuron pour le réseau de concessions Schumacher. L'occasion surtout de découvrir le "Super-SUV" Urus pour la première fois visible en France.

Lamborghini s'installe à Paris! Enfin presque... c'est en effet à moins de 3 kilomètres du périphérique, à Puteaux (Hauts-de-Seine), au cœur du quartier d'affaires de la Défense, que la prestigieuse marque italienne vient d'ouvrir un nouveau showroom. Un choix logique pour Edouard Schumacher, patron du réseau de concessions et réparateurs lancé par son père en 1947, et contacté par Lamborghini pour s'occuper de ce nouvel écrin.

Courtiser la clientèle du "triangle d'or élargi"

En restant très proche de la capitale, mais avec moins de risque de subir un durcissement des contraintes imposées aux automobilistes, la luxueuse concession vise également un public fortuné (la gamme Lamborghini démarre à 180.000 euros) et qui réside de plus en plus dans un "triangle d'or élargi". Cette zone situé historiquement entre les avenues Montaigne, des Champs-Élysées et George-V, dans le 8e arrondissement de Paris, et qui s'étend désormais largement vers l'ouest, de Saint-Germain-en-Laye à Chatou, dans le département des Yvelines. 

"Avec 127 voitures vendues l'an dernier (dont 59 à Monaco, ndlr), la France représente le troisième marché européen pour la marque après le Royaume-Uni et l'Allemagne", a rappelé Stefano Domenicali, le patron de Lamborghini, présent pour cette ouverture.

Première française pour l'Urus

Une autre "star" était venue spécialement: le nouveau SUV de la marque plutôt habituée aux voitures au ras du sol. Avec ce vaisseau XXL, baptisé Urus, Lamborghini veut quasiment doubler son volume de ventes, en France comme dans le reste du monde. D'ici à 2020, la production dans son usine historique de Sant'Agata, près de Modène en Italie, doit ainsi passer à 7.000 unités par an, contre un peu plus de 3.800 l'an dernier. 

L'objectif de ce showroom parisien est ainsi de participer à cet objectif de progression des ventes. "S'installer en plein centre de Paris en aurait fait une attraction pour touristes et curieux mais nous avons l'ambition de proposer un véritable service de conseils pour des potentiels acheteurs et également après l'achat avec l'entretien et la réparation des véhicules", a souligné Edouard Schumacher. Les 30 exemplaires de l'Urus destinés à ce point de vente pour 2018 ont en tout cas déjà trouvé preneurs et 50 nouveaux devraient être proposés dès l'an prochain.

Julien Bonnet