BFMTV

New York pourrait être le premier Etat américain à interdire le dégriffage des chats

Un chat dans un temple bouddhiste, le 3 décembre 2015 dans la banlieue de Shanghai. (Photo d'illustration)

Un chat dans un temple bouddhiste, le 3 décembre 2015 dans la banlieue de Shanghai. (Photo d'illustration) - Johannes Eisele - AFP

La pratique, interdite en France, consiste à enlever les griffes du chat ainsi que la troisième phalange, en partie ou en entier.

Si plusieurs villes américaines comme Los Angeles, San Francisco ou Denver ont déjà interdit la pratique, il reste possible de faire enlever les griffes de son chat dans tous les Etats américains.

Le processus, autrement nommé onyxectomie, est déjà interdit dans de nombreux pays d'Europe et par la convention européenne pour la protection des animaux de compagnie. En France, le dégriffage est interdit depuis 2004

Lors de cette opération, l'animal est normalement mis sous anesthésie générale afin que le vétérinaire enlève non seulement la griffe, mais aussi la troisième phalange sur laquelle celle-ci se développe, en partie ou en entier. Certains propriétaires veulent ainsi éviter que leurs chats n'abîment le mobilier, ou de se faire griffer s'ils ont des problèmes de santé.

Une amende prévue de 1000$

Pourtant, les hémorragies, la paralysie, les douleurs (possiblement chroniques) et les maladies ne sont que quelques-unes des complications possibles pour l'animal.

Depuis plusieurs années, un projet de loi vise à interdire cette pratique dans l'Etat de New York, ce qui serait une première pour un Etat outre-Atlantique. Il est soumis pour la première fois au vote ce mardi à l'Assemblée et au Sénat, annonce Associated Press relayée par NBC News.

Si la loi entrait en vigueur, les propriétaires décidant d'enlever les griffes de leur chat (hors pour raisons médicales comme une infection ou une blessure) s'exposeraient à une amende de 1000$ (environ 880 euros). La parlementaire Linda Rosenthal, qui soutient la mesure, espère "un effet domino" dans les autres Etats si le projet de loi est adopté. En 1991, il était estimé qu'à peu près 25% des chats domestiques aux Etats-Unis s'étaient fait enlever leurs griffes par leur propriétaire.

Liv Audigane