BFMTV

En France, un chien se perd toutes les 20 minutes, un chat toutes les 10 minutes

Un chat et un chien - Image d'illustration

Un chat et un chien - Image d'illustration - PETER ENDIG / DPA / AFP

Il existe deux moyens d'identification: le tatouage ou la puce qui peut être réalisée par un vétérinaire ou un tatoueur agréé.

Comme l'a révélé ce lundi, alors qu'approchent les vacances d'été, la société qui gère le Fichier national d'identification des carnivores domestiques (I-cad), un chien a été déclaré perdu par son maître toutes les 20 minutes et un chat toutes les 10 minutes en France en 2018, en hausse de 15 % par rapport à 2017.

Au total, ce sont 78.957 animaux domestiques : 51.871 chats, 26.953 chiens et 104 furets qui ont été déclarés perdus l'an dernier, précise lundi l'I-Cad dans un communiqué. 

Dans le détail, c'est le labrador qui arrive en tête des chiens fugueurs devant le terrier jack russel et le berger allemand. Le chat européen occupe lui la première marche du podium devant le maine coon et le persan.

Parmi ces vagabonds, 49.609 sont entrés en fourrière en 2018, (45.022 chiens, 4.570 chats et 17 furets), soit une progression de + 6 % par rapport à 2017. "L'identification est alors un enjeu car, elle seule, permet à la fourrière de contacter rapidement le propriétaire", rappelle l'I-Cad faute de quoi passé un délai de huit jours, l'animal est placé dans un parcours d'adoption.

Deux moyens d'identification

18.677 animaux ont été déclarés trouvés, 11.723 chiens et 6.935 chats, soit une baisse de près de 5 % par rapport à 2017. "Faute de déclaration 'retrouvée' par son propriétaire, l'animal est alors toujours considéré comme perdu dans le fichier national", selon l'I-Cad.

31.663 ont retrouvé leur propriétaire, dont 17.116 chats (+ 21 % par rapport à 2017) et 14.527 chiens (+ 8 %). 

Il existe deux moyens d'identification: le tatouage ou la puce qui peut être réalisée par un vétérinaire ou un tatoueur agréé. Pour actualiser leurs coordonnées, les maîtres peuvent se rendre sur le site d'I-Cad.

Hugo Septier avec AFP