BFMTV

Les Pyrénées occidentales manquent d'ourses

Luna et ses trois oursons, au parc animalier d'Aran dans les Pyrénées espagnoles.

Luna et ses trois oursons, au parc animalier d'Aran dans les Pyrénées espagnoles. - AFP Photo - Aran Park

Néré et Cannellito sont les deux seuls ours restants des Pyrénées occidentales. Près des trois quarts de la population locale sont favorables à une nouvelle introduction de femelles dans la région, mais le gouvernement n'a encore pris aucune décision.

Quelque 40 ours vivent aujourd'hui dans les Pyrénées. Pourtant, à l'ouest de la chaîne de montagnes, ils ne sont plus que deux: Cannellito, 14 ans, fils de la dernière ourse "pure souche" des Pyrénées Cannelle - tuée par un chasseur en 2004 -, et son père Néré, 21 ans.

Selon l'association Pays de l'ours-Adet, une dizaine d'oursons sont nés en 2016 dans les Pyrénées centrales. A l'ouest en revanche, aucune naissance n'est attendue. Et pour cause: aucune femelle ne vit aux côtés de Néré et Cannellito.

"Il y a désormais extrême urgence", juge dans les colonnes du Parisien Alain Reynes, le président de l'association. "Dans la partie ouest du massif (...), l'espèce peut disparaître à tout instant!", prévient-il.

En septembre dernier, la structure avait déjà lancé un appel à Nicolas Hulot pour réclamer un lâcher d'ourses dans l'ouest des Pyrénées. Par le passé, le militant écologiste s'était exprimé en faveur de la réintroduction d'ours dans les Pyrénées et avait dénoncé des "engagements non tenus par le gouvernement". Depuis sa nomination le 17 mai dernier, l'actuel ministre de la Transition écologique et solidaire n'a pourtant fait aucune annonce en ce sens.

Si le ministère concède auprès du Parisien une "conviction personnelle de Nicolas (Hulot) en faveur de cette espèce emblématique", il explique que le ministre "reçoit et écoute tout le monde", y compris les opposants à la présence d'ours dans les Pyrénées.

73% de la population locale favorable à de nouvelles ourses

Pourtant, selon un sondage Ifop réalisé en février auprès d'un échantillon représentatif de la population des Pyrénées-Atlantiques et des Hautes-Pyrénées, 73% des sondés sont favorables à l'introduction de deux femelles dans le Béarn. Quelque 76% sont favorables au "maintien d'une population d'ours dans les Pyrénées", contre 84% pour l'ensemble des Français, selon un autre sondage réalisé par l'Ifop pour la Ligue de protection des oiseaux (LPO).

Pourtant, le processus de réintroduction est long et complexe, entre consultations, autorisations et déplacement des animaux. Pour que des ourses gambadent dans le Béarn cet été, cela s'annonce serré. 

Liv Audigane