BFMTV

Sondage BFMTV - Mobilisation du 5 décembre: le soutien des Français en net recul

Une manifestation - Image d'illustration

Une manifestation - Image d'illustration - Sebastien SALOM-GOMIS / AFP

L'institut Elabe a sondé ce mercredi les Français au sujet de la mobilisation du 5 décembre prochain. Et si les interrogés sont encore majoritaires à soutenir les grévistes, ce soutien semble s'étioler au fil du temps.

À quelques jours de la grève du 5 décembre, l'ampleur et la durée du mouvement restent la grande inconnue. Alors que les salariés des transports et des services publics ont prévu une journée de mobilisation qui s’annonce extrêmement suivie, plusieurs syndicats, dont la CGT, FO, la FSU et Solidaires et quatre organisations de la jeunesse (Unef, UNL, MNL et FIDL) ont également confirmé leur présence afin de s’opposer à la réforme des retraites voulue par le gouvernement.

Ce mercredi, le Premier ministre Édouard Philippe a souligné sa volonté de mener cette réforme jusqu'au bout sans transiger sur les régimes spéciaux, tout en assurant être "prêt à la discussion."

À cet égard, l’Institut Elabe a questionné les Français quant à cette mobilisation. Dans un nouveau sondage "L’Opinion en direct" publié ce mercredi, on apprend que ces derniers sont divisés quant à cette grève, et que leur soutien est en net recul depuis début septembre.

Un soutien encore majoritaire 

Dans le détail, à une semaine de la mobilisation, on apprend dans cette nouvelle enquête que 53% des Français interrogés approuvent la mobilisation contre la réforme des retraites. Un chiffre qui, bien que majoritaire, est en baisse de 11 points en comparaison avec une étude de datant début novembre.

À l'inverse, 30% s'y disent opposés voire hostiles (+6%) et 17% indifférents (+5%). 

Elabe
Elabe © Elabe

Parmi les catégories socioprofessionnelles d'actifs interrogées, ce sont les ouvriers et les employés qui semblent les plus enclins à soutenir la mobilisation (66% et 64%). En revanche, les retraités semblent plus divisés quant à la question puisque 48% la désapprouvent et 42% sont en sa faveur. 

Dans le détail politique, les sympathisants semblent également divisés et la réforme des retraites "polarise les électorats de l’élection présidentielle de 2017", souligne Elabe. Ainsi, l'approbation est plus forte parmi les électeurs de Jean-Luc Mélenchon (81%), de Marine Le Pen (65%) et de Benoît Hamon (64%). En revanche, elle est minoritaire chez les sympathisants d’Emmanuel Macron (31%) et de François Fillon (32%).

Une mobilisation dans le temps? 

En ce qui concerne la durée de la mobilisation, les Français interrogés sont une très large majorité à penser que le mouvement va s'inscrire dans le temps (73%), un chiffre en nette hausse, +7%, en comparaison à l'enquête Elabe du 7 novembre pour Les Echos, Radio Classique et l’Institut Montaigne. À l'inverse, ils sont 26% à estimer que la mobilisation sera courte.

Selon l'enquête de ce mercredi, le clivage semble s'estomper, puisque pour une très large majorité des électeurs de l'élection présidentielle de 2017, le mouvement sera le début d'une mobilisation d'ampleur dans le temps: 85% (+11) des électeurs de Benoît Hamon, 84% (+6) de ceux de Jean-Luc Mélenchon, 77% (+15) de ceux de François Fillon, 71% (=) de ceux de Marine Le Pen et 65% (+12) de ceux d’Emmanuel Macron.

Elabe
Elabe © Elabe

Macron et son gouvernement pointés du doigt 

En ce qui concerne le fond de la mobilisation, les Français ont la dent dure envers Emmanuel Macron qui, pour 42% des sondés, est le principal responsable du conflit social autour de la réforme des retraites. Ils sont en revanche 24% à estimer que la responsabilité est imputable aux syndicats de salariés et 34% à penser que la responsabilité est partagée. 

Et cette critique se retrouve quand on interroge les sondés sur la cause de cette mobilisation. En effet, ils sont 46% à penser que la journée du 5 décembre est en réalité une mobilisation globale d'opposition à la politique menée par Emmanuel Macron et le gouvernement.

De fait, ils ne sont que 29% à estimer que cette grève est organisée "avant tout pour défendre les régimes spéciaux" et 24% seulement à penser que cette mobilisation est organisée "contre l'ensemble de la réforme des retraites prévue par le gouvernement."

Elabe
Elabe © Elabe

Toujours sur le fond de la mobilisation, 7 Français sur 10 se disent pessimistes quant à la phase de "concertation" voulue par le gouvernement ces dernières semaines autour de cette réforme, puisque selon eux, "tout est déjà décidé" et cette phase "ne sera pas prise en compte." Un chiffre en augmentation, +9%, depuis la précédente étude. 

À l'inverse, ils ne sont que 30% à penser que cette phase de concertation sera prise en compte (-8%). 

Elabe
Elabe © Elabe

Sondage ELABE réalisé pour BFMTV sur un échantillon de 1006 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée selon la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes: sexe, âge et profession de l’interviewé après stratification par région et catégorie d’agglomération. Interrogation par Internet les 26 et 27 novembre 2019.

Hugo Septier