BFMTV

Mobilisation des agriculteurs: plusieurs blocages en direction de Lyon, des routes coupées

Des barrages sont mis en place sur l'A6, l'A42 et l'A47 ce mercredi matin en direction de Lyon. Les agriculteurs manifestent pour mettre la pression sur des négociations commerciales avec la grande distribution.

Comme annoncé, les agriculteurs ont commencé ce mercredi matin à mettre en place des blocages sur plusieurs axes en direction de Lyon. Un peu avant 10h, un cortège d'une vingtaine de tracteurs est ainsi parti de la Tour-de-Salvagny pour bloquer l'A6 à hauteur de Limonest.

La circulation était également impossible sur l'A466 dans le sens sud-nord et sur l'A47 en direction de Lyon au niveau de La Madeleine. Sur ce point de blocage, une vingtaine de tracteurs, trois remorques chargées de pneus et quelques voitures particulières bloquaient les voies allant vers la capitale régionale, sous étroite surveillance de neuf cars de CRS.

Des routes coupées

Pour éviter des perturbations trop importantes, les forces de l'ordre ont coupé plusieurs axes. C'est le cas sur l'A6 au niveau d'Anse, avec une déviation sur la rocade Est, l'A466 dans le sens A46 nord vers A6, et l'A47 à partir de l'échangeur 11 "La Madeleine". 

Sur Twitter, la préfecture de la région Auvergne-Rhône-Alpes avait appelé à anticiper ses déplacements et à privilégier les transports en commun.

Pression sur la grande distribution

Cette nouvelle manifestation, c'est "pour l'efficacité des Etats généraux de l'alimentation, et pour l'arrêt des distorsions franco-françaises", a expliqué à l'AFP Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, syndicat qui appelle les agriculteurs à manifester avec celui des Jeunes Agriculteurs (JA).

La Loi dite Egalim, issue des Etats généraux de l'alimentation et mise en place en début d'année, était censée ramener du revenu dans les cours des fermes en rééquilibrant les relations commerciales, mais jusqu'ici les agriculteurs disent ne pas vraiment voir de différence.

Les manifestants veulent donc mettre la pression sur la grande distribution et ses fournisseurs alors que viennent de commencer les négociations commerciales annuelles qui fixent les prix pour un an.

Benjamin Rieth avec AFP