BFMTV

Réouverture des écoles: "Le seul but est de renvoyer les parents au travail", juge Adrien Quatennens

-

- - Ludovic Marin - AFP

Invité de BFM Lille et Grand Littoral ce mercredi, le député La France insoumise du Nord a jugé que le retour des plus jeunes enfants à l'école dès le 11 mai ne visait qu'à renvoyer leurs parents travailler, malgré le contexte sanitaire incertain.

"Nous proposons une réouverture très progressive des maternelles et de l'école élémentaire à compter du 11 mai, partout sur le territoire, et sur la base du volontariat." C'est ce qu'a déclaré Édouard Philippe mardi, face à l'Assemblée nationale, lors de la présentation de son plan de déconfinement. Les collèges, en revanche, resteront fermés au moins jusqu'au 18 mai, tandis que le sort des lycées ne sera tranché qu'à la fin du mois prochain.

Ce choix du retour à l'école des plus jeunes enfants en premier n'est pas sans inquiéter de nombreux parents et enseignants. Invité ce mercredi de BFM Lille, Adrien Quatennens a lui aussi pointé du doigt la décision de rouvrir les écoles maternelles et élémentaires dans moins de deux semaines.

"Emmanuel Macron nous dit 'On reprend l'école le 11 mai', puis il s'en remet à la responsabilité individuelle et au volontariat, tant est si bien que la parole publique ne vaut plus rien et que plein de parents s'inquiètent de remettre leurs enfants à l'école", a jugé le député La France insoumise du Nord.

"Le seul but poursuivi, c'est la reprise du boulot"

Au regard de l'élu, la réouverture des lieux d'accueil pour les plus petits enfants dans le contexte sanitaire n'a qu'un "seul but": "renvoyer les parents au travail.

"Pourquoi les petits d'abord?", a interrogé Adrien Quatennens. "Parce que le seul but de cette affaire est de renvoyer les parents au travail. Or, on peut imaginer que des lycéens et des collégiens puissent rester seuls à la maison, ce qui n'est pas le cas de petits qui sont à l'école élémentaire ou en maternelle. Les choses sont d'autant plus claires après l'intervention d'Edouard Philippe: le seul but poursuivi, c'est la reprise du boulot."

Dans le Nord et le Pas-de-Calais, plusieurs maires se sont eux aussi étonnés du choix du gouvernement de renvoyer les plus jeunes enfants dans leurs établissements scolaires dès le 11 mai. Certains ont même d'ores et déjà annoncé qu'ils n'ouvriraient pas leurs écoles le 11 mai, faute de pouvoir garantir la sécurité des enfants, des enseignants ou encore du personnel périscolaire. Jugeant les mesures sanitaires et le matériel de protection insuffisant pour éviter les contaminations, le maire d'Hautmont a notamment fait ce choix

"Le déconfinement du travail"

Outre le retour à l'école, le débuté insoumis du Nord juge que les mesures annoncées mardi par le Premier ministre ne témoignent pas d'un déconfinement des Français, "mais simplement d'un déconfinement du travail".

"On voit que selon la nature de l'activité à laquelle vous voulez vous adonner, on supportera que vous preniez plus ou mois de risque, dénonce Adrien Quatennens. On ne pourra pas pratiquer de sport collectif, par contre on imagine bien que l'on pourra prendre des transports en commun pour se rendre au travail."

"La vie normale, y compris la vie sociale, ne va pas reprendre le 11 mai, mais uniquement le travail, a ajouté le député, qui estime que "tout ça n'est dicté que par la reprise de l'activité économique sur fond de compétition internationale".

Juliette Mitoyen