BFMTV

Prêtre égorgé: musulmans et catholiques ont prié ensemble

A travers la France, de nombreux musulmans ont prié ce dimanche dans les églises aux côtés des catholiques, en hommage au père Hamel, assassiné à Saint-Etienne-du-Rouvray mardi dernier. A Rouen, une messe a réuni près de 2.000 catholiques et plus d'une centaine de musulmans dans la célèbre cathédrale.

Paix et unité. Voilà les mots d'ordre de la messe célébrée ce dimanche matin dans la cathédrale de Rouen, en hommage au père Jacques Hamel, assassiné par un commando jihadiste mardi, dans son église de Saint-Etienne-du-Rouvray, à quelques kilomètres de là. Dans toute la France, des musulmans ont joint leurs prières à celles des catholiques, pour célébrer la mémoire du prêtre.

A Rouen, près de 2.000 fidèles catholiques et plus d'une centaine de musulmans ont participé à cette cérémonie orchestrée par Mgr Dominique Lebrun, archevêque de Rouen. Les fidèles de ces différentes confessions ont chanté et prié ensemble, sur les bancs de la célèbre cathédrale gothique, pleine à craquer. De nombreuses personnes se sont serré la main et se sont embrassées.

"Je vous remercie au nom de tous les chrétiens"

"Nous accueillons particulièrement ce matin nos amis musulmans", a déclaré Mgr Lebrun au début de la célébration, après quelques paroles en latin.

"Ils ont souhaité nous rendre visite ce matin. Je vous en remercie au nom de tous les chrétiens. Vous affirmez ainsi que vous refusez les morts et les violences au nom de dieu. Comme nous l'avons entendu de vos bouches que nous savons sincères, ce n'est pas l'islam", a-t-il poursuivi.

"Repousser toute dispute en famille"

Outre leurs prières au père Hamel, les fidèles ont aussi rendu hommage à sa famille, aux associations oeuvrant pour le rapprochement religieux, et aux journalistes "qui recherchent la vérité". Les musulmans sont restés à leur place pour prier et n'ont pas communié.

A la fin de son homélie, Monseigneur Lebrun a lancé un appel à "repousser toute dispute en famille". "De là haut, Jacques, si attaché à sa famille", se réjouira."

Les musulmans venus participer à cette messe répondaient à l'appel du Conseil français du culte musulman, qui avait invité les responsables de mosquées, les imams et les fidèles à se rendre à la messe, partout en France, pour exprimer leur "solidarité" et leur "compassion". Dans de nombreuses églises de France, les musulmans ont répondu à cet appel et ont poussé ce dimanche matin la porte des églises.

Des actes qui "n'ont rien à voir" avec la foi

A Bordeaux, 200 personnes ont célébré un temps "de recueillement et de prière" dans l'église Notre-Dame. Parmi les paroissiens, de nombreux membres de la communauté musulmane, hommes femmes et enfants, ainsi que l'imam de la mosquée de la ville, Tareq Oubrou. 

"J'accueille avec reconnaissance les membres de la communauté musulmane qui ont voulu manifester leur compassion et leur réprobation entière des actes si souvent commis au nom de leur foi et qui n'ont rien à voir avec leur foi", a réagi le père Jean Rouet, vicaire général du diocèse de Bordeaux, lors de la messe. 

"L'heure est venue de nous rapprocher"

A Nice, deux semaines après l'attentat qui a coûté la vie à 84 personnes, une dizaine de responsables religieux musulmans se sont rendus à l'église Saint-Pierre-de-l'Ariane. A Metz, à Saint-Denis de La Réunion mais aussi en Italie, de nombreuses personnes ont répondu à cet appel à l'unité. A Paris, Le recteur de la grande mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, a assisté à la messe donnée à Notre-Dame-de-Paris.

"L'heure est venue de changer nos comportements et de nous rapprocher afin de ne pas nous désunir et que notre pays soit le pays de l'union et de la fraternité", a-t-il déclaré à la fin de la cérémonie, aux côtés de Patrick Jacquin, recteur-archiprêtre de la cathédrale.

C.V. avec AFP