BFMTV

Saint-Etienne-du-Rouvray: les deux jihadistes venaient de se rencontrer

Les deux auteurs de l'attaque qui a tué le père Jacques Hamel à Saint-Etienne-du-Rouvray seraient entrés en contact via l'application de messagerie chiffrée Telegram (Photo d'illustration)

Les deux auteurs de l'attaque qui a tué le père Jacques Hamel à Saint-Etienne-du-Rouvray seraient entrés en contact via l'application de messagerie chiffrée Telegram (Photo d'illustration) - BFMTV

Les deux terroristes Adel Kermiche et Abdel Malik Petitjean, auteurs de l'attaque ayant coûté la vie au père Jacques Hamel, sont entrés en contact ensemble le 22 juillet via l'application Telegram. Soit juste 4 jours avant leur entreprise macabre.

Adel Kermiche et Abdel Malik Petitjean, les deux auteurs de l'attaque de mardi qui a coûté la vie au père Jacques Hamel en pleine messe dans son église de Saint-Etienne-du-Rouvray, seraient entrés en contact via l'application de messagerie chiffrée Telegram, affirment dimanche La Voix du Nord et Le Parisien.

Les deux jihadistes, âgés de 19 ans, "se parlaient, se connaissaient sur les réseaux, sur Telegram", dit un membre du groupe qui suivait le compte Telegram de Kermiche, interrogé par le quotidien régional.

"Ces deux hommes, qui ne se connaissaient pas" physiquement, "seraient entrés en contact pour la toute première fois le 22 juillet, soit quatre jours avant leur passage à l'acte", précise Le Parisien en se basant sur l'enquête des policiers de la Sous-direction antiterroriste.

Tout en accédant à l'application sur son smartphone, l'homme qui se présente comme "fiché S" à La Voix du Nord affirme avoir eu "des contacts réguliers avec Adel Kermiche", et être "un des maillons de la chaîne mise en place" par le jihadiste, qu'il affirme avoir consulté pour son "enseignement religieux". 

Les téléphones des deux tueurs, qui vivaient à 700 kilomètres l'un de l'autre, ont "borné" dès le 23 juillet, soit trois jours avant l'attentat, à Saint-Etienne-du-Rouvray, "aux mêmes endroits", notamment dans la zone du domicile de Kermiche, selon une source proche du dossier.

La mère d'Abdel Malik Petitjean affirme quant à elle que son fils était parti lundi 25 juillet en covoiturage pour, lui avait-il dit, rejoindre un cousin à Nancy.

C.H.A. avec AFP