BFMTV

Le miraculé de Mère Teresa assiste à sa canonisation

Marcilio Andrino, le miraculé de Mère Térésa, avec sa femme et ses enfants, au Vatican, pour assister à la canonisation de la religieuse, le 4 septembre 2016.

Marcilio Andrino, le miraculé de Mère Térésa, avec sa femme et ses enfants, au Vatican, pour assister à la canonisation de la religieuse, le 4 septembre 2016. - Andreas Solaro - AFP

Guéri miraculeusement de plusieurs tumeurs au cerveau, après avoir prié Mère Teresa, le Brésilien Marcilio Haddad Andrino était à Rome dimanche pour assister la canonisation de la religieuse.

Sa guérison miraculeuse de tumeurs au cerveau, attribuée à ses prières à Mère Térésa, ont ouvert la voie à la canonisation de la religieuse Mère Teresa. Dimanche, Marcilio Haddad Andrino était à Rome, pour assister à la cérémonie. Originaire de Rio de Janeiro, il se dit "très reconnaissant".

"Je suis sûr que c'est Mère Teresa qui m'a sauvé", a expliqué Andrino.

En 2008, les médecins avaient diagnostiqué à ce Brésilien de 35 ans atteint de violents maux de tête, des abcès au cerveau. Alors qu'une opération était prévue pour drainer ces abcès, comme l'explique radiovaticana, l'homme se rend compte que la douleur a disparu. Il dit avoir ressenti une grande sensation de paix. Des examens médicaux ont permis de constater qu'il était guéri et ne présentait plus aucune trace d'abcès.

Reliques de Mère Teresa

Fernanda, l'épouse de Marcilio a prié intensément Mère Teresa, lorsque son mari souffrait. Le couple s'était également procuré des reliques de la religieuse et les avaient placées sur la tête du malade. L'Eglise a ainsi reconnu cette guérison comme miracle. Marcilio Andrino estime que le miracle ne s'est pas arrêté là, puisqu'il a pu avoir deux enfants, alors que les médecins avaient évalué à 1% les chances qu'il avait de procréer.

"Mère Térésa n'a ainsi pas donné la vie à une, mais à trois personnes".

En 1998, la guérison d'une Indienne atteinte d'un cancer à l'estomac avait offert son premier miracle à Mère Teresa. Le pape Jean-Paul II l'avait alors béatifiée en 2003. Celle de Marcilio a fourni le deuxième miracle nécessaire à l'ouverture d'un procès en sanctification.