BFMTV

L'évêque d'Evreux "choqué" par un ex-prêtre entonnant un chant anti-Macron en pleine messe

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. - Jewel Samad - AFP

Cet abbé, suspendu depuis fin 2016 après une condamnation pour avoir détourné plus de 100.000 euros sur l'argent de la quête, a entonné le chant en présence d'un groupe de gilets jaunes.

L'évêque d'Évreux, Mgr Christian Nourrichard, s'est dit "choqué" lundi par les images diffusées sur les réseaux sociaux où l'on voit un abbé de son diocèse, déjà suspendu de ses fonctions, entonner un chant hostile à Emmanuel Macron lors d'une messe, entouré de gilets jaunes.

 "J'ai été choqué par cette vidéo car c'est dénaturer la mission de l'Église et ce qu'est un lieu de culte", a dit à l'AFP le prélat au sujet de cette scène filmée dans une église du Planquay, dans l'Eure. 

Dans une vidéo qui défraye la chronique sur Twitter, on voit un ecclésiastique en soutane, l'abbé Francis Michel, chanter à peine voix: "Emmanuel Macron, grosse tête de con, on vient te chercher chez toi...", devant l'autel où une vingtaine de personnes portant des gilets jaunes sont présentes.

En novembre 2016, l'évêque d'Évreux avait publié un décret de suspense de l'abbé Michel, ordonné prêtre en 1975, lui interdisant notamment de célébrer des sacrements ou d'entendre les confessions.

"Je n'ai pas de force de police ou de gendarmerie!"

"Qu'est ce que je peux faire concrètement? Je dois y aller manu militari pour en découdre avec lui? Je n'ai pas de force de police ou de gendarmerie! ", a ironisé Mgr Nourrichard, soulignant que l'Église "n'avait pas besoin de cela" et rappelant que le père Michel s'était déjà retrouvé devant les tribunaux.

Le père Michel avait été condamné en 2015 à 15.000 euros d'amende par le tribunal correctionnel d'Évreux pour avoir détourné plus de 100.000 euros sur l'argent de la quête. Les faits s'étaient produits entre 2006 et 2008. Après une plainte de l'évêché, les enquêteurs avaient retrouvé 116.000 euros sur les onze comptes bancaires du prêtre qui ne touchait en principe que 900 euros par mois. 

Si le curé avait la réputation de vivre dans le dénuement, portant une soutane trouée, ses relevés bancaires avaient révélé des dépenses pour des nuits d'hôtel à Paris, pour de la maroquinerie et des piercings.

"C'est comme un médecin qui continuerait à exercer alors qu'il n'est plus reconnu par l'ordre des médecins", a souligné Mgr Nourrichard, qui dit avoir alerté le Vatican et la préfecture après avoir visionné la vidéo.

Le préfet a saisi la procureure

Le préfet de l'Eure a confirmé ce lundi après-midi dans un communiqué relayé par l'AFP que l'abbé était effectivement "officiellement suspendu depuis le 2 novembre 2016". A ce titre, il n'a pas l'autorisation "d'officier au sein de ladite église du Planquay". 

Il explique avoir "saisi la procureure de la République au titre de l'article 40 qui appréciera des poursuites à engager"; un article qui impose à un fonctionnaire ou à un élu de saisir la justice lorsqu'il pense avoir pris connaissance d'une infraction. 

"C'est inqualifiable!", s'est-il indigné auprès de L'Eveil Normand. Le préfet Thierry Coudert met en avant la séparation de l'Eglise et de l'Etat selon l'article 26 de la loi de 1905, "il est interdit de tenir des réunions politiques dans les locaux servant habituellement à l'exercice d'un culte".

Liv Audigane avec AFP