BFMTV

Qui sont les free climbers, ces explorateurs urbains qui escaladent les monuments?

Des free climbers au sommer de la cathédrale de Strasbourg

Des free climbers au sommer de la cathédrale de Strasbourg - YouTube

A plusieurs reprises, le monument parisien avait été visité par des explorateurs urbains, qui immortalisaient leurs exploits.

Quatre jours après le violent incendie qui a ravagé la flèche et une partie de la toiture de la cathédrale Notre-Dame de Paris, les premières questions se posent. Si l'enquête n'en est encore qu'à ses balbutiements, les employés du chantier ont été entendus par les enquêteurs le soir même, les interrogations concernant la sécurité du lieu se multiplient, bien que la thèse accidentelle soit, à l'heure actuelle, privilégiée

Le facile accès aux monuments historiques fait partie de la longue liste des interrogations. Sur YouTube, une dizaine de vidéos montrent des free climbers, ces acrobates adeptes de l'escalade urbaine, se promener sur le toit et la flèche de la cathédrale.

Un phénomène confirmé sur notre antenne par Denise, une riveraine de Notre-Dame.

"Les premiers qui ont fait ça, c'était les étudiants en médecine. Le but était de rentrer dans les donjons et faire sonner les cloches à minuit, 1h, 2h, 3h du matin, voilà c'était comme ça. C'est un gag mais à la cathédrale ils ne l'ébruitent pas trop, c'est vrai que ça les inquiète beaucoup", détaille-t-elle. 

Du côté des responsables religieux, la réponse se fait un peu plus évasive.

"Vous voulez dire avant l'incendie? Vous savez, j'ai les fenêtres qui donnent dessus, je les aurais vus les jeunes s'ils s'y promenaient dans la journée, non je n'ai pas vu ça", assure Mgr Denis Jachiet, évêque auxiliaire de Paris.

Notre-Dame, terrain de jeu favori des free climbers

Reste que les vidéos "d'exploration" de Notre-Dame se multiplient. En octobre passé, un youtubeur nommé Simon Nogueira, dans une vidéo déjà visionnée plus de 200.000 fois, escalade le monument via l'échafaudage initialement utilisé par les ouvriers du chantier. Après quelques minutes de balade au dessus de la nef et d'escalade de la flèche, ce dernier est repéré puis interpellé par les policiers. 

Dans les commentaires, en plus des félicitations reçues pour sa témérité, de nombreux internautes se disent émus de ces images montrant l'édifice religieux encore intact. 

Et les exemples sont nombreux. Dans une seconde vidéo, plusieurs membres du collectif Les Chemineaux ont tout bonnement passé la nuit dans les arcanes du monument, avant de parvenir à s'échapper, de nouveau via l'échafaudage mis en place pour la rénovation de la façade et du toit.

Cathédrale de Strasbourg et tour Eiffel

Et Notre-Dame n'est pas le seul monument concerné par ces explorateurs d'un genre nouveau. Avides de sensations fortes, ils sont le plus souvent experts en parkour, cette discipline sportive qui consiste à passer outre différents obstacles, urbains ou naturels, parfois de manière acrobatique. Plus tôt dans l'année, le collectif Les Chemineaux s'était une nouvelle fois attaqué à un bâtiment religieux, la cathédrale de Strasbourg, parvenant à grimper jusqu'au sommet de la flèche, situé à 155m du sol, offrant une vue imprenable sur la ville. 

Retour à Paris ou des spécialistes du genre, le collectif Hit the Road, étaient parvenu, à mains nues et sans assistance, à escalader la tour Eiffel jusqu'à son troisième étage. Une initiative qui leur avait valu plusieurs heures au commissariat ainsi qu'une convocation au tribunal. 

Hugo Septier