BFMTV

Pendant le confinement, des enfants découvrent deux lingots d'or dans de vieux draps

Les deux lingots d'or

Les deux lingots d'or - Philippe ROuillac

Les deux objets, d'une valeur d'un peu plus de 100.000 euros, devraient être mis en vente aux enchères à la mi-juin dans la ville de Vendôme.

C'est l'une des belles histoires du confinement. Alors que le gouvernement annonçait mi-mars dernier les premières mesures de quarantaine, qui allaient se poursuivre jusqu'au 11 mai, la famille d'un sexagénaire, un cadre qui exerce à La Défense, venait s'installer dans la maison familiale du grand Vendômois, dans la région Centre-Val-de-Loire. Là, c'est un véritable trésor qu'ils ont découvert. 

Cachés entre les draps

Quelques jours après leur arrivée, les deux enfants, âgés d'une dizaine d'années, ont l'idée de construire une cabane. La suite est racontée par Philippe Rouillac, commissaire-priseur à Vendôme, contacté par BFMTV.com. 

"Ils demandent à leur père ce qu'ils peuvent utiliser. Il leur conseille de prendre les draps de leur grand-mère, dans une pièce inutilisée. Mais au lieu de trouver des brins de lavande entre les draps, comme cela se faisait avant, ce sont deux objets assez lourds qui tombent", détaille-t-il. Tous deux n'y prêtent pas attention et les remettent en place.

Ce n'est que quelques heures plus tard que les enfants informent leur père de leur découverte. 

"Il leur demande d'aller les chercher, mais croit dans un premier temps qu'il s'agit de porte-couteaux ayant appartenu à la grand-mère, qui aimait bien les belles salles à manger, avec des cristaux, des porte-verres. Il s'agit d'une famille aisée", explique encore Philippe Rouillac.
Les deux lingots d'or
Les deux lingots d'or © Philippe Rouillac

"On va pouvoir avoir une piscine" 

Mais pour en avoir le coeur net, le sexagénaire contacte le commissaire-priseur, d'autant que le poids des deux objets, ainsi que les différentes inscriptions se trouvant sur ces derniers laisse une place au doute. Après un envoi de photographies et une expertise, le verdict tombe, il s'agit en réalité de deux lingots d'or massifs d'un kilogramme chacun.

A la fin du confinement, la famille rend visite à Philippe Rouillac, qui confirme la bonne nouvelle.

"Les enfants ont dit à leur père 'on va pouvoir avoir une piscine'", se remémore le commissaire-priseur, encore amusé. 

Les deux objets, qui avaient été achetés en 1967 par la grand-mère depuis disparue, certificat d'achat officiel à l'appui, seront mis en vente lors d'une enchère prévue le 16 juin à l'hôtel des ventes de Vendôme. Pour quelle valeur?

"On va attendre que l'or monte encore un peu, mais le cours de l'or est extrêmement fluctuant. En début d'année, le cours était à 43.000 euros le lingot et à l'heure actuelle, il est à 52.000 euros. D'ici juin, il peut arriver à 54.000 euros", conclut le commissaire-priseur. 
Hugo Septier