BFMTV

Paris: le centre d'hébergement pour sans-abri ouvrira en septembre dans le 16e arrondissement

Un centre d'hébergement au bois de Boulogne? Le très chic 16e s'affole.

Un centre d'hébergement au bois de Boulogne? Le très chic 16e s'affole. - Mathieu Alexandre - AFP

Son annonce avait provoqué un vent de panique chez les habitants du 16e arrondissement de Paris. Le centre d'hébergement d'urgence ouvrira bien à la rentrée prochaine.

Les hurlements et les insultes n'y changeront rien, il ouvrira bien. Selon Eric Pliez, président du Samu social de Paris interrogé par Le Parisien, le centre d'hébergement d'urgence destiné à accueillir les personnes sans-abri de la capitale ouvrira en septembre dans le 16e arrondissement. 

La crainte du vandalisme

Au vu des réactions virulentes qui avaient accompagné l'annonce de l'ouverture du site, Eric Pliez craint le pire lorsque celui-ci sera réellement en fonction: 

"Nous pourrons craindre un peu de vandalisme au moment du montage des modules (…). Déjà, les panneaux annonçant l’attribution du permis de construire ont été brûlés trois fois" explique le président du Samu social.

Comme le rappelle Libération, le centre sera installé à la limite entre le Bois de Boulogne et les boulevard des Maréchaux. Financé en partie par l'Etat, à hauteur de quatre millions d'euros, et par la ville de Paris à hauteur de 800.000 euros, le centre d'hébergement pourra accueillir environ 200 personnes. 

Le Samu social veut rassurer les riverains

Conscient que l'ouverture du centre devrait raviver les inquiétudes des habitants du quartier, Eric Pliez se veut rassurant, regrettant les réactions "caricaturales" de certains riverains. 

"Toutes les personnes qui seront prises en charge ici seront accompagnées. Il y aura 20% de travailleurs pauvres qui iront à leur travail dans la journée. Les autres se rendront dans leur centre de formation ou seront pris en charge sur place. Personne ne traînera dans les rues" assure Eric Pliez.

Choisi pour son cadre, mais surtout parce qu'il ne comptait que huit places d'hébergement d'urgence, le 16e arrondissement devra désormais composer avec ces nouveaux voisins. Et ce malgré l'opposition ferme du maire de l'arrondissement, Claude Goasguen.

P.A.