BFMTV

Oise: le sous-préfet de Clermont chahuté par des gilets jaunes lors d'une opération péage gratuit

Des gilets jaunes lors d'une opération péage gratuit - Image d'illustration.

Des gilets jaunes lors d'une opération péage gratuit - Image d'illustration. - BORIS HORVAT / AFP

A deux reprises, le sous-préfet Michaël Chevrier a été pris à partie ce samedi par les manifestants, sans agression physique. Les manifestants ont été évacués en fin d'après-midi.

L'ambiance était jusque-là "bon enfant", selon les gendarmes. Mais la venue du sous-préfet de Clermont Michaël Chevrier sur le péage de Chamant, dans l'Oise, où avait lieu une opération péage gratuit organisé par des gilets jaunes, a donné naissance à des tensions, rapporte Le Parisien

A deux reprises, le représentant de l'Etat a été pris à partie par les manifestants. Samedi soir, ma préfecture a indiqué que le sous-préfet a été victime de "tentatives d'intimidations", sans agression physique.

"J'ai juste tenté de discuter avec ceux présents sur les voies afin de leur faire regagner le péage, pour leur sécurité mais aussi pour celle des automobilistes", a affirmé Michaël Chevrier, auprès du quotidien.

Evacués par les CRS

Venu à la rencontre des gilets jaunes vers 16h30, le sous-préfet a été accueilli aux cris de "cassez-vous" ou "même si Macron ne le veut pas, nous, on est là", raconte Le Parisien. Il a alors fait demi-tour escorté de quelques militaires de la gendarmerie nationale.

Deux heures plus tard, le sous-préfet a de nouveau tenté sa chance, sans succès. Il était de nouveau éconduit et les CRS appelés en renfort pour mettre fin à la manifestation.

"C'est à se demander s'il ne nous cherche pas un petit peu", a plaisanté un des gilets jaunes. "Il nous a fait des signes, alors nous l'avons suivi puis encerclé, ainsi que trois voitures de la gendarmerie. Ce n'était rien de méchant, nous avons juste chanté. Il n'y a eu aucune violence", a ajouté un autre manifestant. 

Benjamin Rieth