BFMTV

Marche pour le climat, gilets jaunes, retraites... Paris, capitale des mobilisations

La 45e journée de mobilisation des gilets jaunes n'a pas été aussi importante qu'attendue tandis que la marche pour le climat a quant à elle été infiltrée par des black blocs, ce qui a donné lieu à des affrontements avec les forces de l'ordre.

Journée sous tension samedi à Paris, où avaient lieu plusieurs manifestations. Les forces de l'ordre ont d'abord dispersé dans la matinée plusieurs petits attroupements de personnes se revendiquant gilets jaunes, notamment sur les Champs-Elysées, avant le coup d'envoi de marches pour le climat et contre la réforme des retraites.

À la mi-journée, cent six personnes avaient été interpellées, 43 placées en garde à vue et une centaine verbalisées dans les zones où il était interdit de manifester, selon la Préfecture de police et le parquet. Quelque 7.500 membres des forces de l'ordre ont été mobilisés.

Des tirs de gaz lacrymogènes ont eu lieu dans le quartier des Champs-Elysées, où certains commerces étaient barricadés derrière des protections en bois. Il n'y avait pas eu de dégradation en milieu de journée, selon la PP. Des manifestants ont également été bloqués dans le quartier de la gare Saint-Lazare. La situation s'est ensuite tendue sur les Champs-Élysées, avec des charges des forces de l'ordre et des manifestants qui ont renversé poubelles et barrières.

La marche pour le climat infiltrée par des manifestants radicaux

Certains gilets jaunes ont ensuite rejoint la marche pour le climat, qui a mobilisé samedi 15.200 personnes selon un comptage Occurrence pour plusieurs médias dont BFMTV. Mais cette manifestation a été parasitée par des violences: des black blocs se sont mêlés au cortège et des incidents ont éclaté avec les forces de l'ordre, massivement mobilisées. Quelque 1.000 manifestants "radicaux" ont été signalés par la préfecture de police (PP).

Après un moment de confusion dû aux violences, qui ont fait refluer des centaines de manifestants vers le point de départ, le Jardin du Luxembourg, le cortège est finalement arrivé dans le quartier de Bercy en fin d'après-midi.

Dans la soirée, plusieurs centaines de personnes ont formé un nouveau cortège, non déclaré, pour aller place de la Bastille, où elles sont arrivées peu avant 21 heures. Elles y ont manifesté dans une ambiance festive en dansant au son des sonos installées sur deux camions, avant de se disperser dans le calme.

6000 participants à la manifestation contre la réforme des retraites

De 6.000 à 15.000 personnes, selon la police et les organisateurs, ont défilé samedi dans Paris contre la réforme des retraites voulue par le gouvernement, à l'appel du seul syndicat Force Ouvrière, avant un autre défilé organisé par la CGT mardi.

Les manifestants, venus de toute la France par autocars - et pour la plupart vêtus de chasubles rouges et brandissant des drapeaux aux couleurs de FO - marchaient derrière une banderole proclamant "En FOrce pour nos retraites".

Le cortège, parti sous un beau soleil de la station de métro Duroc a rallié sans incident la place Denfert-Rochereau, en passant par Montparnasse.

120 personnes en garde à vue et des tensions sur les Champs-Élysées

Après cette journée de mobilisation, à 20 heures, 120 personnes étaient en garde à vue. Parmi elles, un capitaine de police en poste au ministère de l'Intérieur, selon une source judiciaire confirmant une information du Point.

Plus tard, sur les Champs-Elysées, de petits groupes se sont formés sur le haut de l'avenue, repoussés par des tirs réguliers de gaz lacrymogènes des forces de l'ordre pour les disperser. La situation est redevenue calme vers 22h30.

Ju. M. avec AFP