BFMTV

Marché de Noël: le passage en force, la méthode Marcel Campion

Alors que son marché de Noël n'a pas été reconduit, Marcel Campion a promis "une surprise" le 17 novembre.

Alors que son marché de Noël n'a pas été reconduit, Marcel Campion a promis "une surprise" le 17 novembre. - Joël Saget - AFP

Les forains menés par Marcel Campion mènent ce lundi une opération escargot autour de Paris pour protester contre l'arrêt du marché de Noël des Champs-Elysées. Le forain entend bien installer ses chalets sur l'avenue. Marcel Campion a d'ailleurs déjà éprouvé la méthode des coups de force pour parvenir à ses fins à Paris.

Il avait prévenu qu'il bloquerai Paris. Marcel Campion et les forains qui le soutiennent mènent ce lundi une opération escargot sur plusieurs grands axes de la région parisienne. Une action coup de poing pour s'opposer à l'arrêt du marché marché de Noël qu'il organisait jusqu'alors sur les Champs-Elysées. En juillet dernier, la mairie de Paris a décidé de ne pas reconduire la convention qui lui confiait l'organisation de cette fête.

Cinq mois plus tard, Marcel Campion n'en démord pas: pas question de renoncer au marché de Noël. La semaine dernière déjà, il avait l'intention de s'installer sur les Champs-Elysée, mais les convois transportant les chalets du marché ont été arrêtés aux abords de Paris. Si cette tentative a échoué, la bataille n'est pas finie. 

"A partir de lundi il y aura des manifestations tous les jours et Paris sera bloqué", a-t-il prévenu jeudi, lors d'une conférence de presse organisée sur la célèbre avenue.

D'après lui, l'annulation du marché menacerait 2.000 emplois dont une majorité de forains qui réalisent une partie de leur chiffre d'affaires annuel sur les Champs-Elysées. Il assure également disposer d'un contrat "dûment signé par la ville pour six ans". En réalité, la convention conclue avec la mairie en 2015 autorisait l'occupation du domaine public pour une durée de deux ans, renouvelables deux fois.

Des manèges installés de force au jardin des Tuilerie

A 77 ans, Marcel Campion n'en est pas à son premier bras de fer. Les coups de force sont même devenus sa méthode signature, au nom de la défense de la culture foraine dans les villes.

Son plus grand fait d'armes s'est déroulé en 1985. Alors qu'il souhaite relancer la fête foraine des Tuileries, il débarque alors avec ses collègues forains et installe une centaine de manèges dans le prestigieux jardin. L'autorisation leur est finalement donnée de rester et la fête des Tuileries se tient depuis tous les ans à Paris.

La grande roue imposée à Jacques Chirac

Deux ans plus tôt, les forains menés par Marcel Campion avaient déjà envahi le Champ-de-Mars pour réclamer un emplacement pour la fête à Neu-Neu. Quant à sa grande roue installée pour la première fois en 1993, il met le maire de l'époque devant le fait accompli.

"J'avais trouvé un accord avec Jacques Chirac, il était d'accord pour que j'installe un manège pour les fêtes de Noël. Quand il a vu que j'avais installé une roue, il m'a dit que ça ne faisait pas partie de l'accord. Mais je lui ai répondu simplement qu'une grande roue, c'est un manège", expliquait au JDD Marcel Campion en 2016.

Son dernier coup d'éclat remonte à il y a presque un an jour pour jour. Le 24 novembre 2016, des dizaines de camions de forains paralysent la place de la Concorde. Une manifestation de soutien à Marcel Campion en conflit avec la Direction régionale des affaires culturelles qui estimait qu'il occupait illégalement les lieux avec sa Grande Roue.

Le forain a finalement obtenu l'autorisation de rester jusqu'au printemps. Sa grande roue devrait faire son retour sur le place de la Concorde le 17 novembre prochain, date à laquelle il a également promis "une surprise" en réaction à l'annulation du marché de Noël. 

Carole Blanchard