BFMTV

Manifestation pro-palestinienne à Paris: entre 7.000 et 30.000 participants

Entre 7.000 et 30.000 personnes ont manifesté dimanche à Paris en faveur de la population de Gaza.

Entre 7.000 et 30.000 personnes ont manifesté dimanche à Paris en faveur de la population de Gaza. - -

Entre 7.000 et 30.000 personnes ont manifesté dimanche à Paris en soutien à la population de Gaza. Quelques incidents ont éclaté en marge du cortège.

Des manifestations en faveur de la population de Gaza et contre Israël ont eu lieu dans plusieurs villes de France ce week-end, rassemblant des milliers de personnes, avec quelques heurts à l'issue de celle qui s'est déroulée à Paris.

Dans la capitale, les manifestants (7.000 selon la police, 30.000 selon les organisateurs) ont quitté le quartier de Barbès dimanche après-midi derrière une banderole qui affichait "Soutien total à la lutte du peuple palestinien".

Des synagogues visées

Quand la tête de la manifestation parisienne est arrivée place de la Bastille, des heurts limités avec les forces de l'ordre ont éclaté dans certaines rues. Des projectiles ont commencé à voler en direction des policiers et gendarmes, qui ont répliqué à coups de grenades lacrymogènes. Des dégâts légers ont été causé à des devantures de commerces.

Les échauffourées n'ont pas duré très longtemps et ne se sont pas propagées au reste de la manifestation, qui s'est dispersé, sous un orage, en début de soirée.

Selon la préfecture de police, ces heurts étaient dus à de petits groupes de jeunes gens qui ont été "facilement contenus". Il y a eu six interpellations. Un certain nombre de manifestants pro-palestiniens ont toutefois tenté de se rendre vers des synagogues voisines, rue de la Roquette et rue des Tournelles, a-t-on appris de source policière.

Des CRS sont intervenus pour les repousser et mettre fin à un "début d'échauffourée" avec des membres de la communauté juive devant la synagogue de la Roquette, ce qui a permis d'éviter toute intrusion dans les lieux de culte, a-t-on ajouté. Selon la police, deux membres de la communauté juive ont été légèrement blessés, ainsi que six membres des forces de l'ordre.

Valls et Hidalgo condamnent

Manuel Valls a condamné dans un communiqué "avec la plus grande fermeté" les "violences" qui ont eu lieu "aux abords des synagogues". "De tels actes qui visent des lieux de culte sont inadmissibles", a ajouté le Premier ministre, assurant que la France "ne tolérera jamais que l'on essaie par la violence des mots ou des actes d'importer sur son sol le conflit israélo-palestinien".

La maire de Paris Anne Hidalgo a aussi dénoncé ces tentatives d'intrusion. "Je suis profondément choqué et révolté, l'agressivité envers la communauté juive prend une tournure absolument inadmissible", a déclaré pour sa part le président du Consistoire central Joël Mergui, expliquant que cet incident avait troublé une prière "pour la situation en Israël et pour la paix".

A Lille, entre 2.300 (selon la police) et 6.000 personnes (selon les organisateurs) s'étaient auparavant rassemblées dimanche matin dans le quartier populaire de Wazemmes et ont scandé des slogans hostiles à Israël, qualifié d'Etat "assassin" et "criminel". François Hollande était accusé de complicité.

Samedi, des manifestations similaires avaient eu lieu dans le calme à Bordeaux (400 personnes selon la police, 1.000 selon les organisateurs) et Marseille (environ 1.200 selon la police).

M. K. avec AFP