BFMTV

Les Femen simulent une "pendaison publique" pour Rohani

La visite officielle du président iranien n'est pas au goût des Femen qui ont organisé une action jeudi pour dénoncer les atteintes aux droits de l'Homme en Iran.

La république islamique d'Iran est le pays qui exécute le plus de mineurs au monde. Pendant sa visite officielle en France, le président iranien rencontrera Laurent Fabius, Manuel Valls, François Hollande et de nombreux chefs d'entreprises. Sorti de dizaines d'années d'isolement avec l'entrée en vigueur en janvier de l'accord nucléaire et la levée des sanctions internationales, l'Iran et ses 79 millions d'habitants s'ouvrent aux industriels occidentaux, et Paris compte bien y prendre sa part.

La question des droits de l'Homme en Iran ne sera pas escamotée, a-t-on assuré de source française, mais elle ne fera l'objet d'aucun commentaire public.

Les Femen ont voulu dénoncer le tapis déroulé pour le président iranien. Le mouvement féministe a donc organisé à Paris "une petite pendaison publique", a expliqué à BFMTV la militante Sarah Constantin.

L'organisation a déroulé jeudi matin une banderole "Bienvenue Rohani, bourreau de la liberté" sur la passerelle Debilly à Paris, juste à côté de la Tour Eiffel.

Nous voulions juste que Rohani se sente comme à la maison", a tweeté Inna Shevchenko, la cheffe de file des activistes féministes.

Les forces de l'ordre sont intervenues au bout d'un quart d'heure pour mettre fin à la manifestation.

En 2014, 289 personnes ont été mises à mort selon des sources officielles iraniennes, mais des sources crédibles laissent à penser que le chiffre réel était au moins de 743, selon Amnesty International.

Et dans un rapport publié mi-2015, l'organisation faisait état de près de 700 peines de morts exécutées en Iran pour l'année.

L'organisation Reporters Sans Frontières a dénoncé un pays devenu "l'une des cinq plus grandes prisons au monde pour les journalistes".

K. L.