BFMTV

Le plan anti-casseurs du camp Mélenchon pour la "Fête à Macron"

François Ruffin lors d'une manifestation le 3 octobre à Amiens

François Ruffin lors d'une manifestation le 3 octobre à Amiens - FRANCOIS NASCIMBENI / AFP

Le rassemblement organisé ce samedi par le député de La France insoumise François Ruffin, à l'occasion du premier anniversaire de l'élection du président, doit adapter ses conditions de sécurité, après les violences qui ont éclipsé la manifestation de ce mardi 1er mai.

"Ils ont servi la soupe à nos adversaires!". Mercredi matin sur notre antenne, Jean-Luc Mélenchon n'a pas caché sa colère. Pour lui, les violences commises par les black blocs lors de la manifestation du 1er-Mai desservent la cause qu'il défend. Et risquent surtout de dissuader des sympathisants de participer à la "Fête à Macron", organisée par François Ruffin ce samedi 5 mai à Paris. Un événement que les organisateurs veulent "joyeux, festif", auquel chacun est invité à participer avec "ses propres revendications, ses colères mais aussi ses espoirs"… Et qui, malgré lui, pâtit des incidents du 1er-Mai.

Concrètement, le parcours du défilé est déjà modifié: lors d'une conférence de presse mercredi, Johanna Silva, l'une des organisatrices, a expliqué que la préfecture de police avait modifié le lieu de départ. C'est le Louvre qui avait été choisi comme lieu de rassemblement: un lieu symbolique, où Emmanuel Macron avait mis en scène sa victoire le soir du second tour de la présidentielle. François Ruffin devait y prendre la parole samedi à midi... Mais il a fallu changer de lieu: "La préfecture a invoqué le fait qu'ils s'attendaient à beaucoup de monde et qu'ils n'ont pas le droit d'autoriser un rassemblement au Louvre, c'est du ressort du musée", explique Johanna Silva. C'est finalement à l'Opéra Bastille que commencera le défilé, à partir de midi.

Deux services d'ordre

Après les violences commises en tête du cortège du 1er-Mai, la "Fête à Macron" va tenter de ne pas se laisser dépasser par les black blocs. Un service d'ordre "d'une centaine de personnes", composé entre autres d'anciens participants de Nuit debout, sera mis en place par les organisateurs.

Autour du "carré des luttes", ce "pot-au-feu" qui ouvrira le cortège et comprendra environ 200 représentants des différents secteurs en lutte, sera disposé un second service d'ordre, auquel participeront notamment des syndicalistes. Avec l'espoir que la date du 5 mai ne soit pas entachée par des violences. "Evidemment, notre but c'est que tout se passe bien, qu'il n'y ait pas de blessé, d'un côté ni de l'autre et on va tout faire pour ça", assure Johanna Silva.

"Une manifestation familiale, bon enfant"

En fin de journée ce mercredi, le député La France insoumise de Seine-Saint-Denis Bastien Lachaud se voulait rassurant: "La manifestation de samedi sera une manifestation familiale, bon enfant. On va faire la fête, c’est ça le mot d’ordre", a-t-il assuré sur noter antenne. Faisant état d’"un service d’ordre qui va sécuriser le cortège", il a rappelé que "c’est à la préfecture de mettre en place le dispositif policier nécessaire à assurer la sécurité." Affirmant néanmoins que "tout va bien se passer"; "Lors des différentes marches organisées par la France insoumise, il n’y a jamais eu de problème."

Des propos qui font écho à ceux de Jean-Luc Mélenchon dans la matinée sur notre antenne. Un message clair et martelé: "Les gens qui vont venir, vous allez voir, ce sont des gens tranquilles, des salariés honnêtes, paisibles". Comme pour promettre aux réticents: la "Fête à Macron" du 5 mai ne ressemblera pas à la manifestation tendue du 1er-Mai.

A. K. avec Julia Van Aelst