BFMTV

Ecotaxe: pourquoi la colère gronde en Bretagne

Des agriculteurs de la FDSEA ont manifesté samedi devant le portique de Pont-de-Buis, dans le Finistère.

Des agriculteurs de la FDSEA ont manifesté samedi devant le portique de Pont-de-Buis, dans le Finistère. - -

De violentes manifestations ont éclaté samedi dans le Finistère contre l'écotaxe poids lourds. Du fait de sa position géographique, le département se trouve particulièrement pénalisé par cette nouvelle taxe qui doit entrer en vigueur le 1er janvier.

La colère contre l'écotaxe s'est levée samedi en Bretagne. De violentes manifestations ont éclaté contre le portique écotaxe de Pont-de-Buis, dans le Finistère. Malgré un blessé grave - un manifestant a eu la main arrachée dans des heurts avec les forces de l'ordre, les agriculteurs bretons ont promis d'autres actions jusqu'au retrait de cette taxe sur les poids lourds, qui doit entrer en vigueur le 1er janvier 2014.

Eloignement géographique

Pourquoi le Finistère est-il particulièrement mobilisé contre cette taxe, qui touchera les véhicules de plus de 3,5 tonnes circulant sur certains tronçons du réseau routier français? Du fait de sa géographie - la pointe bretonne, le département se sent déjà pénalisé économiquement.

"Le Finistère est très loin des centres de décisions", souligne Pierre Balland, président du Medef du Finistère. "Si on veut exporter vers l'Europe, on est le plus loin. Or le poumon économique du département, c'est l'agriculture et l'agroalimentaire: ça représente 30% de l'activité".

Pas d'autoroutes payantes

L'écotaxe va d'autant plus pénaliser ce territoire excentré qu'il ne dispose pas d'autoroutes payantes. Or la taxe est justement calculée en fonction de la distance parcourue par les poids lourds qui circulent sur les autoroutes gratuites.

Et puis cette écotaxe représenterait également une charge fixe importante pour les industriels. "Un impact sur les prix de 0,1 à 0,4%", selon Pierrick Massiot, président de la région Bretagne. L'élu socialiste a donc "demandé à ce que cet impact-là ne soit pas imputé aux industriels, qui ont besoin de retrouver des marges."

L'Etat a déjà accordé à la Bretagne une réduction de 50% du montant de la taxe et a exclu du réseau taxé la route nationale 164. Mais les manifestants veulent sa suppression pure et simple.

M. T. avec Igor Sahiri