BFMTV

Des parlementaires français et belges se recueillent au Bataclan

Des personnes viennent se recueillir devant le Bataclan, le 22 novembre 2015.

Des personnes viennent se recueillir devant le Bataclan, le 22 novembre 2015. - Loïc Venance - AFP

Des parlementaires belges et leurs homologues français de la commission d'enquête sur la lutte contre le terrorisme, se sont silencieusement recueillis ce lundi matin devant la salle du Bataclan.

Réunis à Paris ce lundi matin, des parlementaires belges enquêtant sur les attentats du 22 mars à Bruxelles, et des parlementaires français de la commission d'enquête sur la lutte contre le terrorisme ont pris le temps de se recueillir devant la salle du Bataclan, qui avait été attaquée par les terroristes le soir du 13 novembre. Ils ont déposé une gerbe de fleurs blanches, ceinte d'une écharpe aux couleurs du drapeau belge, et ont observé une minute de silence en hommage aux 90 personnes tuées par les jihadistes dans la salle de spectacles le 13 novembre.

"Notre mode de vie" sera toujours défendu 

"Nous pensons non seulement aux victimes de ce terrible 13 novembre qui ont été abattues ici-même dans cette salle de concert du Bataclan, sur les terrasses et près d'un stade de football mais également aux victimes des attentats perpétrés contre Charlie Hebdo, contre l'Hyper Cacher ou encore récemment contre deux agents de police de Magnanville" a déclaré Patrick Dewael, président de la commission belge. "Le terrorisme aveugle frappe sans discernement. Le terrorisme aveugle ne connaît pas de frontières et ne cherche qu'à semer la mort et la peur. Il veut nous frapper dans notre liberté, notre mode de vie, notre identité. (...) Cette haine mortifère n'aura pas raison des valeurs qui nous unissent: notre démocratie, notre Etat de droit, notre liberté d'expression, notre égalité entre hommes et femmes, notre liberté de culte, notre séparation de la foi et de l'État et enfin notre tolérance et notre solidarité. Ces idées, nul ne pourra les anéantir tant que nous continuerons à les défendre et à les propager ensemble", a-t-il ajouté.

A.M avec AFP