BFMTV

Manif pour tous: des milliers de personnes à Paris pour peser sur la présidentielle

Des participants de la Manif pour tous se tiennent à côté d'une pancarte avec une photo de la ministre de l'Education Najat Vallaud-Belkacem, le 16 octobre 2016, à Paris.

Des participants de la Manif pour tous se tiennent à côté d'une pancarte avec une photo de la ministre de l'Education Najat Vallaud-Belkacem, le 16 octobre 2016, à Paris. - Eric FEFERBERG - AFP

Deux ans après sa dernière mobilisation d'ampleur, la Manif pour tous a donné rendez-vous ce dimanche à ses militants. Le cortège aura valeur de test, à six mois de la présidentielle.

"Un père, une mère c'est héréditaire", "La femme ne sera jamais une usine à bébé": à Paris, plusieurs milliers de personnes, entre 23.000 et 24.000 selon la préfecture et 200.000 pour les organisateurs, ont répondu ce dimanche à l'appel de la Manif pour tous, opposée au mariage homosexuel et qui espère avec cette première manifestation depuis deux ans, peser sur la présidentielle.

La loi Taubira toujours dans le viseur

"Ils avaient dit que la Manif pour tous c'est du passé, mais nous resterons là jusqu'à l'abrogation de la loi Taubira", lancent des organisateurs du haut d'une tribune installée Porte Dauphine, point de départ du cortège qui se rendra au Trocadéro. 

"Depuis 2012, on nous prédit à chaque fois la fin de la Manif pour tous", quand le mouvement rassemble au contraire "plus large que jamais", estime Ludovine de la Rochère, présidente du mouvement. La MPT a "un bel avenir, car les familles sont déstabilisées" par le gouvernement de François Hollande, dont le "projet de société" est "individualiste et libertariste", observe-t-elle.

Procréation médicalement assistée (PMA) "sans père", "scandale de la GPA" (gestation pour autrui), "casse de la politique familiale", "menaces sur la liberté éducative" ou encore "diffusion du genre": les mots d'ordre pour dimanche concernent tous des dérives supposées de l'actuelle majorité. PMA et GPA sont ainsi vues comme des avatars de la loi Taubira, dont la Manif pour tous demande l'abrogation. Quand bien même le gouvernement s'est opposé à de multiples reprises au recours aux mères porteuses. Et que la gauche n'a pas autorisé la PMA pour les couples de lesbiennes.

Le mouvement veut "peser sur les candidats"

Quelques personnalités de droite, dont le candidat à la primaire de la droite Jean-Frédéric Poisson, qui s'était montré très virulent contre le mariage pour tous, participeront à la marche. Les député Hervé Mariton (LR) et Marion Maréchal-Le Pen (FN) ou encore Nicolas Dupond-Aignan ont également annoncé leur présence, selon l'organisation. Pas de personnalités de gauche donc. 

La dernière grosse mobilisation de la Manif pour tous date d'octobre 2014, un an et demi après le vote définitif de la loi Taubira qui avait ouvert le mariage aux couples homosexuels. Environ 70.000 personnes selon la police, 500.000 pour les organisateurs, s'étaient déplacées à Paris. Bien moins déjà que les manifestations monstre contre le projet de loi, qui avaient attiré de 340.000 à 800.000 personnes en janvier 2013, et de 300.000 à 1,4 million deux mois plus tard. 

Même si le mouvement a annoncé qu'il ne donnerait pas de consigne de vote, il entend "peser sur les candidats" à la présidentielle. 

la rédaction avec AFP