BFMTV

Paris: "La Manif pour tous" va de nouveau battre le pavé ce dimanche

Le mouvement entend faire savoir son opposition à la politique familiale du gouvernement. Le tout est de savoir s'il est toujours suivi.

"Un événement majeur de l'année", c’est ainsi que Albéric Dumont, vice-président de la Manif pour tous, présente la marche de son mouvement qui défilera à nouveau ce dimanche dans les rues de Paris. Et cela, deux ans après sa dernière mobilisation d'ampleur.

A six mois de la présidentielle, l'association rêve de revenir aux grandes heures de la mobilisation et aura rarement autant battu le rappel. Ses 400.000 contacts ont été avertis par courriel, des affiches annonçant le cortège ont été collé sur les murs franciliens et des slogans ont été peints au pochoir sur les trottoirs.

"Peser sur les candidats" et 2017

La manifestation de ce dimanche aura valeur de test et sera scrutée avec intérêt. Une participation forte marquerait un renouveau du mouvement qui, s'il a annoncé qu'il ne donnerait pas de consigne de vote, entend "peser sur les candidats" à la présidentielle.

Quelques personnalités de droite, dont le candidat à la primaire de la droite Jean-Frédéric Poisson, qui s'était montré très virulent lors de la discussion de la loi sur le mariage pour tous, participeront à la marche. Les député Hervé Mariton (LR), Marion Maréchal-Le Pen (FN) ou encore Nicolas Dupont-Aignan ont également annoncé leur présence selon l'organisation. La gauche, elle, ne participera pas.

PMA et GPA toujours en ligne de mire

Procréation médicalement assistée "sans père", "scandale de la Gestation pour autrui", "casse de la politique familiale", "menaces sur la liberté éducative" ou encore "diffusion du genre", les mots d'ordre pour dimanche concernent tous des dérives supposées de l'actuelle majorité.

PMA et GPA sont ainsi vues comme des avatars de la loi Taubira, dont la Manif pour tous demande l'abrogation. Quand bien même le gouvernement s'est opposé à de multiples reprises au recours aux mères porteuses et que la gauche n'a pas autorisé la PMA pour les couples de lesbiennes.

Le gouvernement, "en mal de reconnaissance", "est entraîné dans une surenchère dans la dérive sociétale", estime Tugdual Derville, le directeur d'Alliance vita, une association soutien de la Manif pour tous et qui réclame notamment "une alternative à l'avortement" au nom de "l'interruption des vies".

Mais qui viendra vraiment ?

Toutefois, après le "moment paroxystique" pour la Manif pour tous qu'ont été les années 2012 et 2013 avec plusieurs centaines de milliers de manifestants dans les rues, la société a pu constater que "la catastrophe annoncée avec la loi Taubira n'est pas arrivée", note la sociologue Céline Béraud, co-auteure de "Métamorphoses catholiques". Elle pronostique une mobilisation "bien moindre" dimanche qu'il y a trois ans.

Le défilé parisien reliera la porte Dauphine au Trocadéro, et fera 2,5 km. Les participants seront "filtrés" par la Manif pour tous, qui organisera "des points de contrôle", pour "garantir l'aspect familial" de la marche.

C.C. avec AFP