BFMTV

Nuit de la solidarité: Paris s'apprête à compter ses sans-abri

BFMTV

Des centaines de bénévoles ont été formés à interagir avec les personnes vivant dans la rue, en préparation de cette grande maraude qui débutera ce jeudi à 22 heures dans la capitale.

La troisième édition de la Nuit de la solidarité se déroulera à partir de 22 heures ce jeudi soir. Initiée à l'hiver 2018, cette maraude géante vise à recenser les sans-abri vivant dans les rues, les gares, les parcs, les parkings ou encore les hall d'hôpitaux de la capitale. Un questionnaire anonyme sera également rempli par les personnes sans-abri qui le souhaitent, dans le but de mieux cerner leurs profils et leurs besoins.

Des bénévoles formés

Pour cette nouvelle édition, la mairie de Paris a réussi à recruter plus de 1.500 bénévoles qui arpenteront les rues de tous les arrondissements de la capitale. Mais avant de partir à la rencontre des sans-abri, ces personnes ont suivi des formations. L'objectif: former les bénévoles et leur permettre d'acquérir les bons réflexes pour interagir avec ces gens en difficulté.

"Beaucoup ne savent pas comment approcher des personnes à la rue. Tout le monde peut le faire, mais c'est vrai qu'il faut peut-être apprendre. Il ne faut pas s'imposer directement. (Il fait) les approcher avec un sourire au départ, rien qu'en leur disant bonjour", explique Bruno à BFM Paris.

Lui-même sans domicile, cet ambassadeur de l'association La Cloche a animé la semaine dernière des ateliers dans le 12e arrondissement de Paris pour préparer les bénévoles à cette nuit de la solidarité.

Parmi les réflexes acquis par les volontaires de cette grande maraude: "ne jamais réveiller quelqu'un qui dort, se baisser au même niveau que les gens, demander si on peut les déranger", énumère à BFM Paris une participante à la session animée par Bruno.

Autant de comportements que les bénévoles mettront en action ce soir. En 2019, les équipes de la Nuit de la solidarité avaient recensé 3641 personnes sans-abri dans les rues de Paris, soit 600 de plus que l'année précédente. Malgré cette augmentation, les associations de lutte contre l'exclusion tendent heureusement à observer un intérêt croissant des Parisiens pour les actions solidaires, a noté au micro de BFM Paris Marine Lefevre, directrice adjointe de la Fabrique de la solidarité. Ces Nuits de la solidarité "sont parfois un pas vers l'engagement".

Juliette Mitoyen