BFMTV

Incendie rue Erlanger: "les gens ne pourront pas rentrer avant longtemps dans leurs logements"

La mairie de Paris va centraliser les demandes de relogement des sinistrés de l'immeuble de la rue Erlanger, ravagé par les flammes. Les habitants ne pourront pas réintégrer le bâtiment dans l'immédiat.

24 heures après l'incendie de la rue Erlanger qui a fait au moins 10 morts et une trentaine de blessés, la solidarité s'organise dans le 16e. Spontanément, des riverains sont venus apporter des vêtements et des couvertures à la mairie d'arrondissement pour les sinistrés.

C'est aussi dans les locaux de la mairie du 16e qu'une cellule d'aide médico-psychologique a été mise en place pour accueillir tous les riverains qui en ressentent le besoin et les sinistrés.

"Les services sociaux de la mairie sont là pour les accueillir et nous allons examiner la possibilité de trouver des logements pour reloger à titre pérenne ces personnes qui demanderont à l'être", explique sur BFM Paris Jacques-Frédéric Sauvage, maire-adjoint du 16e en charge du logement. 

"Personne ne peut rentrer"

Les habitants du 17 bis rue Erlanger ne peuvent pas regagner leurs logements dans l'immédiat. L'avenir de l'immeuble est pour le moment incertain. 

"Pour l'instant personne ne peut rentrer. Il faut d'abord que les architectes de la ville de Paris disent quel est l'état exact de ce logement, est-ce qu'il peut être réhabilité, est-ce qu'il ne peut pas l'être. On n'en sait rien pour l'instant. Une chose est sûre, les gens ne pourront pas rentrer avant longtemps dans leurs logements", assure Jacques-Frédéric Sauvage. 

Sur les lieux du sinistres, les pompiers sont toujours en train d'opérer des reconnaissances ce mercredi. Ils veulent s'assurer qu'aucune victime ne se trouve encore dans les décombres mais aussi veiller à la sécurité de la structure.

"Il y a une fragilisation notamment une fragilisation entre les 7e et 8e étages. Ca a chauffé dur, et la structure est fragilisée donc il y a un risque d'effondrement", explique sur RMC le lieutenant-colonel Gabriel Plus, porte-parole des sapeurs-pompiers. 

Pour permettre aux pompiers de sécuriser les lieux, le périmètre de sécurité autour de l'immeuble devrait encore être maintenu ce mercredi. 

Carole Blanchard