BFMTV

"Liberté, égalité, flashball": les gilets jaunes détournent le tableau affiché dans le bureau de Macron

Dans le cortège parisien des gilets jaunes, le 19 janvier.

Dans le cortège parisien des gilets jaunes, le 19 janvier. - Philippe Lopez - AFP

L'une des pancartes de la manifestation parisienne de ce dixième samedi de mobilisation des gilets jaunes a été particulièrement remarquée.

Un détournement remarqué. Parmi les nombreuses pancartes qui dépassent ce samedi du cortège parisien des gilets jaunes, mobilisés pour le dixième samedi consécutif, une s'est particulièrement démarquée.

Oeil crevé 

On peut y voir la Marianne de Shepard Fairey, tableau désormais bien connu, accroché dans le bureau d'Emmanuel Macron à l'Elysée et que l'artiste avait offert au chef de l'Etat pendant la campagne présidentielle. Mais sur cette version gilets jaunes, la devise républicaine, "Liberté, égalité, fraternité", s'est transformée en "Liberté, égalité, flashball". La Marianne présente par ailleurs un oeil crevé.

Une référence directe aux blessures liées aux violences policières enregistrées au sein des manifestations des gilets jaunes, dont certaines sont liées à l'utilisation des lanceurs de balles de défense (LBD), une arme qui fait de plus en plus polémique. 

Jeudi, le défenseur des droits Jacques Toubon demandé la suspension de l'usage des LBD, en raison de la "dangerosité" de ces armes utilisées par les forces de l'ordre.

Comme l'explique Le Figaro, ce détournement du tableau de Fairey est l'oeuvre d'un graphiste de la plateforme militante Discord Insoumis, fréquentée par des sympathisants LFI. 

Adrienne Sigel