BFMTV

Les enfants, témoins et victimes des violences conjugales

3919: le numéro de téléphone pour les femmes victimes de violence

3919: le numéro de téléphone pour les femmes victimes de violence - Eric Feferberg-AFP

L'année dernière, 21 enfants sont morts en même temps qu'un de leurs parents dans le cadre de violences conjugales. Souvent oubliés, ils sont pourtant quasi systématiquement exposés à ces violences.

Les enfants ne sont pas que témoins des violences conjugales. Ils sont aussi victimes. Alors qu'une marche est organisée ce samedi contre les violences sexistes et sexuelles et que les arbitrages du Grenelle seront rendus lundi, les enfants sont parfois les grands oubliés.

L'année dernière, 21 enfants sont morts concomitamment avec l'homicide de l'un de leur parent ou sur fond de "conflit conjugal", selon l'étude nationale sur les morts violentes au sein du couple. Toujours d'après ces données, 29 enfants ont été témoins de scènes de crime, et 82 sont devenus orphelins de père, de mère ou les deux.

Un phénomène sous-estimé

Depuis le début de l'année, 136 femmes ont été tuées par leur compagnon ou ex-compagnon. Parmi ces féminicides, plusieurs ont été commis en présence des enfants. En février dernier, à Vaulx-en-Velin dans la métropole de Lyon, un petit garçon de 9 ans a assisté au meurtre de sa mère, battue et poignardée à plusieurs reprises par son ancien compagnon qui s'est ensuite défenestré. Au mois de septembre, à Maisons-Laffitte dans les Yvelines, une petite fille de 2 ans était présente lorsque sa mère a été étranglée et tuée par son mari d'un coup de couteau dans le cœur.

Selon la Fédération nationale solidarité femmes, qui gère le 3919 - le numéro national pour les femmes victimes de violences - l'année dernière, 94% des femmes qui ont appelé et abordé le sujet ont indiqué que leurs enfants étaient exposés aux violences. Ce qui représente 15.000 mineurs, selon les chiffres de la Fédération communiqués à BFMTV.com.

Selon le centre Hubertine Auclert, environ 143.000 enfants vivent dans un foyer où une femme a déclaré des formes de violences physiques et/ou sexuelles. Près de la moitié de ces mineurs ont moins de 6 ans et dans la plupart de ces foyers, les violences sont répétées. Mais ces nombres seraient largement sous-estimés.

Ce que confirme Agnès Gindt-Ducros, directrice de l'Observatoire national de la protection de l'enfance. "La violence des adultes sur les enfants est taboue", pointe-t-elle pour BFMTV.com. "Certains développent des stratégies pour que cela ne se voie pas. Il y a aussi des enfants particulièrement résilients qui font tout pour masquer ces violences, en plus de la loyauté qu'ils s'imposent vis-à-vis de leurs parents. Pourtant, l'exposition aux violences conjugales est une forme de maltraitance." Elle appelle à contacter le 119, le service national d'accueil téléphonique de l'enfance en danger, au moindre doute.

"Une vision romantique des violences conjugales"

Si l'idée selon laquelle un mari violent peut être un bon père persiste, elle est pourtant fausse. "La recherche scientifique ne va pas dans ce sens", assure à BFMTV.com Karen Sadlier, psychologue spécialiste de la prise en charge des enfants et adolescents. "Quelque 60% de ces enfants présentent des troubles post-traumatiques et quatre enfants sur dix exposés aux violences conjugales sont eux-mêmes victimes de violences physiques."

"En France, on a encore une vision romantique des violences conjugales, en atteste l'emploi de l'expression 'crime passionnel'. Trop souvent encore, on considère que c'est un conflit exacerbé. Les violences ne sont pas une dispute qui tourne mal", insiste Karine Sadlier.

Pour les enfants, ces violences se cumulent, poursuit Agnès Gindt-Ducros. Des violences complexes qui se produisent souvent dans des familles dysfonctionnelles. "Elles peuvent avoir lieu dans tous les types de famille: un couple qui vit avec ses parents, une femme seule chez des membres de sa famille, deux sœurs qui vivent ensemble, un couple homosexuel. Cela dépasse le cadre du couple hétérosexuel. Mais il y a toujours un rapport de domination et de pouvoir."

De graves conséquences

Syndrome de stress post-traumatique, anxiété, dépression, troubles d'apprentissage, atteinte des fonctions cognitives: les répercussions sur la santé des enfants sont nombreuses. Pour Martine Brousse, présidente de l'association La Voix de l'enfant, il est impératif de reconnaître les enfants comme des victimes. Et de recueillir leur parole comme telle. "Ce sont des enfants qui subissent des traumatismes qui risquent de les poursuivre toute leur vie", s'inquiète-t-elle pour BFMTV.com. "Sans prise en charge, cela donne plus tard des adultes cassés, boiteux psychiquement."

Autre conséquence négative à long terme: le rapport à l'autre est biaisé. "Leurs modèles de relation passent par la domination ou la violence", ajoute Agnès Gindt-Ducros, de l'Observatoire national de la protection de l'enfance. Avec le risque de devenir soi-même dominateur ou de subir la violence. La psychologue Karine Sadlier partage la même analyse:

"Pour ces enfants, on est soit en position haute et l'on impose la peur de manière dictatoriale, soit en position basse et l'on subit. Ils n'intègrent pas la notion de relation égalitaire ni l'idée de négociation."

Un continuum de violences

Encore plus grave, les violences ne s'arrêtent pas pour autant avec la séparation des parents. Car l'auteur peut bénéficier d'un droit de visite ou d'hébergement. Et harceler ses enfants, comme l'a très justement mis en scène le film Jusqu'à la garde, pour continuer à faire du mal à leur mère ou tenter de garde son emprise.

"J'ai des mamans non seulement elles ont été violentées, violées, menacées de mort, l'agresseur a avoué, mais la résidence principale des enfants est attribuée à l'auteur des violences", s'indigne pour BFMTV.com Carole Lapanouse, co-fondatrice de SOS les Mamans. "C'est du délire. Pour le père, c'est du petit lait et il lave le cerveau des enfants."

Autre problème: quand l'enfant passe du domicile d'un parent à l'autre. "La passation est un moment particulièrement dangereux pour la femme comme pour les enfants et souvent un moment de passage à l'acte", poursuit Karine Sadlier. "D'autant que la présence des enfants n'est pas un frein pour l'auteur des violences." 

Cette année, plusieurs femmes ont été tuées au moment où elles allaient chercher leurs enfants chez leur père. Au mois d'août, Chloé, 29 ans, enceinte de huit mois, a été tuée par son ancien compagnon qui a tiré sur elle à bout portant plusieurs balles - dont trois dans le ventre - alors qu'elle venait récupérer son petit garçon de 8 ans au domicile de son père à Marignane. Il y a quelques semaines au Havre, Johanna, 27 ans, a été poignardée à 14 reprises devant un supermarché où elle devait récupérer ses trois enfants de 2, 4 et 6 ans qui ont assisté au meurtre de leur mère.

Encadrer les droits de visite

Françoise Brié, la directrice générale de la Fédération nationale solidarité femmes, déplore elle aussi le manque de dispositifs pour encadrer les droits de visite ou d'hébergement. "En cas de violences conjugales, l'exercice conjoint de l'autorité parentale met à mal la sécurité des femmes et des enfants", dénonce-t-elle pour BFMTV.com.

En Seine-Saint-Denis, l'observatoire des violences faites aux femmes a développé plusieurs dispositifs, notamment la mesure d'accompagnement protégée des enfants. Elle prévoit "l'accompagnement de l'enfant par un adulte formé, lors des déplacements entre le domicile de la mère et le lieu d'exercice du droit de visite du père violent", précise l'observatoire. De quoi permettre d'éviter tout contact entre la mère et le père auteur de violences.

Autre dispositif mis en place dans ce département: l'espace de rencontre protégé. Ce dernier permet "d'accueillir les auteurs de violences dans le couple et leurs enfants dans un lieu dédié" et de médiatiser leurs rencontres. Empêchant le harcèlement imposé par le parent violent aux enfants.

Le problème de la résidence alternée

La loi du 14 mars 2016 relative à la protection de l'enfance a inscrit dans le code civil le fait qu'un parent "peut se voir retirer totalement l'autorité parentale", "notamment lorsque l'enfant est témoin de pressions ou de violences, à caractère physique ou psychologique, exercées par l'un des parents sur la personne de l'autre". Une situation qui relève de l'exception. Sauf dans le cas d'une ordonnance de protection, le parent violent conserve un droit de visite, voire la résidence alternée de ses enfants. Il garde aussi le droit de connaître l'adresse de son ex-compagne pour savoir où habitent ses enfants.

Certains dénoncent ainsi le faible nombre d'ordonnances de protection prononcées par les juges aux affaires familiales. "Le problème n'est pas que ce soit insuffisant, c'est quasiment jamais", déplore Carole Lapanouse. C'est en allant récupérer ses quatre enfants de 8, 6, 4 et 3 ans après un droit de visite chez leur père - qui occupait le domicile conjugal - que Gülçin, 34 ans, a été tuée fin janvier en pleine rue à Annemasse, en Haute-Savoie, par son ancien conjoint qui la harcelait. Elle avait pourtant déposé plusieurs plaintes, alerté le procureur de la République mais aucune ordonnance de protection ne lui avait été accordée, comme le relate Le Parisien.

Le retrait de l'autorité parentale dès le dépôt de plainte?

Autre difficulté pour l'accès des enfants aux soins. Sauf si la victime a demandé et obtenu une ordonnance de protection ou l'autorité parentale exclusive provisoire, elle ne peut pas entamer de soins pour l'enfant sans l'accord de l'autre parent, qui bien souvent refuse, regrette Karine Sadlier.

"Accepter, ce serait reconnaître sa responsabilité dans les violences et c'est aussi un moyen pour lui de garder une emprise." Les troubles post-traumatiques deviennent alors chroniques, pouvant perdurer jusque dans la vie adulte.

Julie Douib a été tuée au début du mois de mars en Corse par son ancien conjoint. Un jugement du juge des affaires familiales de Bastia avait provisoirement fixé la résidence de ses deux fils chez leur père, selon Sud Ouest.

Mais les choses vont peut-être changer. Le Premier ministre s'est dit favorable début septembre lors de l'ouverture du Grenelle au retrait de l'autorité parentale et à la suspension du droit de visite et d'hébergement pour l'auteur des violences dès le dépôt de plainte.

"La violence broie les enfants"

C'est ce que plaide Françoise Brié. Elle estime également que la dissimulation de l'adresse devrait être autorisée pour la victime y compris en dehors de l'ordonnance de protection.

"On dit que les enfants ont besoin de leur père et cela a justifié beaucoup de choses. Mais s'ils ont besoin d'une figure masculine, ils n'ont pas besoin de celle d'un agresseur. Ce n'est pas la séparation qui détruit la famille, c'est la violence. C'est la violence qui broie les enfants."

Mais pour Carole Lapanouse, de l'association SOS les Mamans, le problème réside avant tout dans le système judiciaire. "Tant qu'on n'aura pas de tribunaux spécialisés, d'endroits pluridisciplinaires pour accueillir la parole des victimes et de personnes formées pour cela, qu'on ne rappellera pas aux magistrats leur responsabilité et qu'on ne mettra pas de vrais feux rouge aux auteurs de violence, rien ne changera et on restera dans l'impunité. Il y a des hommes qui disent à leurs épouses: 'vas-y, porte plainte, de toute façon il n'y aura pas de conséquence.' Eh bien ils ont raison."

Céline Hussonnois-Alaya