BFMTV

Le prix de l’essence devrait baisser

Le prix de l'essence à la pompe devrait suivre.

Le prix de l'essence à la pompe devrait suivre. - -

Le prix du baril étant redescendu sous la barre des 135 $, le prix à la pompe devrait connaître une légère baisse. Reste à savoir quand et dans quelles proportions.

On n'en parle moins que lorsqu'il monte, mais le prix du baril de pétrole a connu une légère baisse ces derniers jours. Après des piques à plus de 140 dollars, le baril est repassé dans une fourchette entre 130 et 135 dollars. Mais les répercussions d'une telle baisse ne sont pas immédiates sur les prix constatés par les automobilistes à la pompe. Pour comprendre ces mécanismes, Jean-François Giannesini, expert pétrolier, était ce matin en direct dans Bourdin&Co.

Interrogé sur les répercussions à la pompe du prix du baril de pétrole, il a répondu : « Le prix du baril ne constitue qu'une partie du prix à la pompe. Il faut également prendre en compte le taux de change du dollar face à l'euro et, quand le prix du baril en dollars baisse de 10 dollars, le prix à la pompe baisse de 5 à 7 centimes d'euro. Vu le taux de change actuel du dollar, on peut penser que la baisse ne sera que de 5 centimes ». De plus, cette baisse ne sera pas immédiate car « cela dépend des compagnies pétrolières et de la perception qu'elles ont de cette baisse, de son caractère durable ou non. La baisse actuelle est conjoncturelle car la période fin juillet-début août est une période de creux sur les marchés pétroliers ».

« Cependant, c'est impossible que le pétrole repasse sous la barre des 100 dollars, car les pays producteurs n'en ont absolument aucune envie. Je ne vois pas pourquoi ils verraient baisser leurs revenus ».

Cette baisse « conjoncturelle » du prix du baril ne devrait donc pas avoir d'énormes répercussions sur les prix à la pompe et la flambée du pétrole pourrait se poursuivre dès la rentrée.

La rédaction-Bourdin & Co