BFMTV

Le dessinateur Luz va-t-il quitter "Charlie Hebdo"?

Le dessinateur Luz, aux funérailles d'Elsa Cayat, le 15 janvier 2015.

Le dessinateur Luz, aux funérailles d'Elsa Cayat, le 15 janvier 2015. - François Guillot - AFP

Les vives tensions qui agitent la rédaction de "Charlie Hebdo" depuis plusieurs semaines ne devraient pas se calmer avec l'annonce du départ probable de Luz, un historique du titre.

Les tensions ne semblent pas s'apaiser à Charlie Hebdo. Quatre mois après l'attaque qui a décimé la rédaction, le dessinateur Luz aurait annoncé son départ pour le mois de septembre, selon Mediapart.

Ce dernier doit publier le 21 mai un album intitulé "Catharsis", dans lequel il revient sur le drame de janvier qui a coûté la vie à 11 membres du journal, raconte son quotidien dévasté et ses doutes sur son envie de dessiner. Après l'attaque du 8 janvier, il avait réalisé plusieurs couvertures sur Mahomet, notamment la Une du "numéro des survivants", avant d'annoncer fin avril qu'il ne dessinerait plus le Prophète.

Des divisions profondes

Une décision qui lui vaut les attaques de Jeannette Bougrab, l'ex-compagne de Charb, dessinateur décédé dans l'attaque, qui le traite ce vendredi d"usurpateur". Autre point de tension au sein de l'équipe du journal satirique: la journaliste de Charlie Hebdo Zineb El Rhazoui, elle aussi survivante de la tuerie, a été convoquée pour un entretien préalable à un licenciement.

L'urgentiste Patrick Pelloux, autre figure emblématique du journal, a réagi ce vendredi sur Twitter, considérant que "Charlie hebdo doit garder tous ses salariés et blessés des attentats".

Charlie Hebdo doit garder tout ses salariés et blessés des attentats. il doit être exemplaire car le peuple a soutenu et donné bq d argent.
— Patrick Pelloux (@PatrickPelloux) 15 Mai 2015

Quinze salariés - dont Luz et Zineb El Rhazoui - sur la vingtaine que compte le journal, ont réclamé une nouvelle gouvernance et un statut d'"actionnaires salariés à part égale", disant "refuser qu'une poignée d'individus prenne le contrôle" de l'hebdomadaire. Le journal a recueilli près de 30 millions d'euros en dons et ventes depuis l'attentat.

Charlie Hebdo est détenu actuellement à 40% par les parents de son ex-directeur de la rédaction Charb, tué dans l'attaque du 7 janvier, 40% par le dessinateur Riss, nouveau directeur de la publication, blessé à l'épaule lors de l'attaque, et 20% par le directeur financier Eric Portheault. 

A. D.