BFMTV

La campagne choc d'une ONG qui dénonce les messages haineux à l'égard des migrants

Une campagne de l'association Solidarités internationales dénonce les messages de haine adressés aux migrants

Une campagne de l'association Solidarités internationales dénonce les messages de haine adressés aux migrants - Youtube

L'association Solidarités international diffuse les injures et propos haineux publiés sur les réseaux sociaux à l'encontre des victimes de crises humanitaires. Une campagne choc pour dénoncer la banalisation de cette haine.

"J'espère qu'ils vont vite crever de faim." "On a donné, on donne, faut redonner, mais s'ils étaient un peu moins fainéants." "Donnez-leur des pilules et des stérilisateurs." "C'est malin! À force de les aider, ils se multiplient et viennent nous envahir! Arrêtez!" L'association Solidarités international a lancé une campagne dans la presse, à la télévision et sur internet afin de dénoncer les messages haineux adressés aux migrants et diffusés sur les réseaux sociaux.

"Nous ferons tout notre possible pour vous venir en aide"

Une campagne de communication choc qui reprend mot pour mot, et parfois faute pour faute, les menaces visant les personnes déplacées. Pour cette ONG, qui s'est fixée pour mission de venir en aide aux populations victimes d'une crise humanitaire après un conflit armé ou une catastrophe naturelle, "la première réponse à la souffrance humaine doit être la solidarité", comme elle le rappelle dès le début de son clip.

"Alors à toutes celles et ceux qui nous adressent des messages de haine sur les réseaux sociaux, si vous vous retrouvez un jour à la place des gens que nous aidons, soyez bien sûrs d'une chose: nous ferons tout notre possible pour vous venir en aide", clame-t-elle tout en affichant ces propos malveillants.

Solidarités internationales
Solidarités internationales © Solidarités international

Ne plus "banaliser" ces messages

Des messages tous authentiques, confirme pour BFMTV Alexandre Giraud, directeur général de l'ONG qui intervient actuellement en Irak, au Yémen, au Mali ou encore en Somalie. Seuls les noms des auteurs ont été modifiés. Si ces insultes et propos haineux ne sont pas nouveaux -ils se sont particulièrement développés depuis que l'association a lancé en 2016 son "kit dignité" pour les réfugiés- et s'ils ne visent pas seulement Solidarités international, il estime que cela ne les autorise pas pour autant.

"On avait tendance à s'y habituer, à voir ces messages se banaliser, à les trouver presque normaux. Mais ce type de commentaires nous attriste. Lorsque nos équipes sont sur le terrain, face à des situations humanitaires difficiles avec des groupes armés, cela apparaît comme un nouvel obstacle à la réponse humanitaire. Pourtant, sur le terrain, malgré les difficultés, la solidarité est toujours le premier élan des personnes."

"Réduire la souffrance et sauver des vies"

Il s'étonne que des actions humanitaires soulèvent de tels torrents de haine. "L'aide humanitaire n'est pas là pour résoudre un conflit ou empêcher une catastrophe naturelle. Elle ne fait que répondre à des besoins de base, réduire la souffrance et sauver des vies. Nous ne faisons pas de politique, nous sommes non confessionnels et nous ne sommes pas liés par des intérêts économiques. Nous ne sommes mus que par des principes humanitaires pour porter secours."

Solidarités internationales
Solidarités internationales © Solidarités international

Une campagne de communication relayée sur les réseaux sociaux, entre autres par l'animateur de télévision Nikos Aliagas qui a évoqué sur Twitter "la conscience" et "l'engagement" pour répondre à la souffrance humaine.

Céline Hussonnois-Alaya