BFMTV

L'avocat de Yann Moix contre-attaque: "Il n'a pas reconnu avoir écrit des textes antisémites"

L'auteur est accusé d'avoir produit des dessins et des textes antisémites et négationnistes lorsqu'il était étudiant. Son avocat souhaite attaquer L'Express, à l'origine des accusations, et assure que son client n'a pas reconnu avoir signé les textes incriminés.

Invité ce mercredi sur le plateau de BFMTV, l’avocat de Yann Moix est revenu sur la polémique qui entoure l’auteur. Alors que ce dernier est accusé par L’Express d’avoir produit dessins et écrits antisémites et négationnistes lorsqu’il était étudiant, Maître Patrick Klugman assure que son client n’a pas reconnu être l’auteur des textes.

"Yann Moix a reconnu avoir fait des dessins abjects dans une publication étudiante quand il était à l’ESC Reims", concède-t-il. Mais il déclare également: "Yann Moix n'a pas reconnu avoir écrit des textes antisémites. Il a eu un terme beaucoup plus intéressant à mon avis, il a 'endossé' (...) Yann Moix nous dit: 'Je n'ai pas écrit ces textes'."

Des propos qui vont à l’encontre de ce que Yann Moix déclarait dans Libération mardi soir. L’auteur y reconnaissait à la fois la paternité des caricatures antisémites révélées par L’Express, mais également celle de textes:

"J’assume, j’endosse tout. Tout ce que j’ai fait à l’époque avec trois ou quatre cons, on était des types complètement paumés. J’écrivais, je dessinais, je produisais de la merde."

L'avocat insiste également sur le fait que Yann Moix a produit ces dessins "dans une espère de haine de (lui)-même", et qu'il s'est depuis positionné en défenseur de la communauté juive à de nombreuses reprises. 

Scandale en trois actes

Ce scandale s'est déroulé jusque-là en trois actes: lundi, L'Express a publié des extraits d'une revue antisémite, Ushoahia, dont Yann Moix a reconnu avoir signé les dessins lorsqu'il était étudiant. Il affirmait alors ne pas avoir participé aux textes.

Mardi soir, L’Express revenait à la charge en assurant avoir mis la main sur "une volumineuse liasse de feuilles numérotées, datées des années 1989 et 1990". "Moix appose d'ailleurs sa signature au bas de certains feuillets", explique l'hebdomadaire. Des textes antisémites et négationnistes, dont certains se retrouvent dans la revue Ushoahia. Dans la foulée, Yann Moix s'exprimait dans Libération: "Aujourd’hui, l’homme que je suis en a honte". 

Recours à la justice?

Ce mercredi sur BFMTV, Maître Patrick Klugman évoque également la possibilité d’une contre-attaque judiciaire: "Je souhaite attaquer L'Express, je n’ai pas encore pu voir mon client qui n’est pas à Paris, mais je pense que L’Express doit répondre de ce qu’ils ont écrit sur Yann Moix, sans aucune prudence, sans aucune vérification."

Et de laisser entendre que le frère de Yann Moix, avec qui il se déchire dans les médias, serait à l’origine de ces révélations: "De tous les éléments, on ne voit pas d’où ça viendrait d’autre, et lui a tout le temps voulu porter à la connaissance du public ces écrits-là."

Car Yann Moix est également aux prises avec une polémique autour de sa famille. Dans son dernier roman, Orléans, il fait état d’une enfance malheureuse rythmée par les coups de son père. Ce dernier s’en est défendu dans la presse, accusant Yann Moix d’avoir, lui, été le bourreau de son petit-frère Alexandre. Une version que corrobore ce dernier.

Benjamin Pierret