BFMTV

Interdiction des animaux sauvages dans les cirques: Bouglione répond à la mairie de Paris et tacle Hidalgo

Des tigres dans un cirque (illustration).

Des tigres dans un cirque (illustration). - Armend Nimani / AFP

La Ville de Paris a voté vendredi soir la fin dès 2020 de la délivrance d'"autorisations d'occupation de terrain" pour les cirques qui présenteront des spectacles avec des animaux sauvages.

Deux jours après le vote d'une mesure d'interdiction des animaux sauvages dans les spectacles de cirque, le PDG du Cirque d'Hiver Francesco Bouglione répond à la municipalité parisienne, et plus particulièrement à Anne Hidalgo, dans les colonnes du Parisien:

"Les animaux qui sont utilisés dans les cirques sont nés en captivité et si j'avais l'impression qu'ils étaient maltraités ou malheureux, je renoncerai à les produire sur la piste", affirme la personnalité circassienne, dénonçant une décision à visée électoraliste. "Anne Hidalgo ferait mieux de s'occuper des SDF et de cette famille qui dort toutes les nuits devant le Cirque d'Hiver", tacle-t-il également dans les colonnes du quotidien.

Bouglione et Gruss épargnés par la mesure

Pour interdire la présence d'animaux sauvages, la Ville de Paris compte arrêter de délivrer des "autorisations d'utilisation du domaine public" aux cirques ne respectant pas les conditions.

Ainsi, si Francesco Bouglione s'insurge, il ne sera toutefois pas visé par cette mesure étant donné que le cirque est propriétaire de son domaine, le Cirque d'Hiver.

Pour l'heure, le cirque Gruss ne sera pas non plus soumis à cette mesure, mais devra signer la convention d'interdiction d'animaux sauvages au terme de son contrat d'occupation de terrain en 2020, s'il souhaite continuer à exercer son activité sur le domaine public.

Clarisse Martin avec AFP