BFMTV

Plus de 5.300 Parisiens verbalisés pour épanchement d’urine

Un "pipi sauvage" peut vous coûter 68 euros à Paris.

Un "pipi sauvage" peut vous coûter 68 euros à Paris. - Jacques Demarthon - AFP

Les auteurs de ces incivilités s'exposent à une amende de 68 euros à Paris. La ville a lancé des expérimentations pour lutter contre les épanchements d'urine comme des miroirs anti-pipi.

Gare aux pipis sauvages. 5.381 Parisiens ont été verbalisés en 2017, soit une augmentation de 165% par rapport à l'année précédente, rapporte ce mercredi Le Parisien

Cette hausse des verbalisation est due au renforcement de la brigade anti-incivilités de la ville qui traque aussi bien les jets de mégots que les dépôts sauvages de détritus ou les déjections canines. Pour toutes ces incivilités du quotidien, y compris les épanchements d'urine, les contrevenants s'exposent à une amende de 68 euros. 

Sous le feu des critiques sur la question de la propreté de la ville, la municipalité a adopté le mois dernier un nouveau plan propreté avec un volet consacré aux épanchements d'urine. Trois Uritrottoirs sont ainsi en test depuis la fin de l'année 2017. A la manière des toilettes sèches, ces bacs semblables à des jardinières absorbent l'urine grâce à un mélange de paille, de sciure et de copeaux. Ces dispositifs viennent s'ajouter aux 425 toilettes gratuites gérées par JCDecaux et des 157 sanitaires implantés dans les espaces verts.

Toilettes escamotables et miroirs anti-pipi

Outre ces installations très classiques, parfois difficiles à installer compte tenu du raccordement au réseau d'eau, la municipalité souhaite développer les solutions mobiles comme des toilettes escamotables le long du canal Saint-Martin. Des expérimentations plus atypiques vont aussi être menées révèle Le Parisien, comme l'installation de miroirs "anti-pipi".

L'un de ces miroirs a été disposé près d'un bar rue Saint-Quentin dans le 10e arrondissement, ce dispositif est censé décourager les hommes pressés de se soulager en leur renvoyant leur propre image. La ville a en revanche renoncé à la peinture anti-urine, qui faisait ricocher le liquide sur les chaussures des contrevenants. Un système trop cher, à 3.000 euros le m2. 

C. B