BFMTV

Incendie de Lubrizol: ce que change l'ouverture de l'information judiciaire

Les avocats de collectifs de riverains et d'associations espèrent une accélération du dossier.

Plus d'un mois après l'incendie de l'usine Lubrizol qui avait provoqué l'apparition d'un large nuage de fumée noire au-dessus du département de Seine-Maritime, de nombreuses questions se posent, notamment quant aux conséquences sanitaires et environnementales du sinistre. 

Mardi, l'enquête a ainsi été confiée à des juges d'instruction parisiens, a indiqué le parquet de Paris dans un communiqué. Au total, ce sont trois magistrats du pôle santé publique du tribunal de Paris qui seront chargés de conduire les investigations, dans le cadre d'une information judiciaire contre X ouverte notamment pour "mise en danger de la vie d'autrui" et "exploitation non conforme d’une installation classée ayant porté une atteinte grave à la santé", précise le parquet.

"A ce jour, 545 plaintes ont été déposées", indique par ailleurs le parquet, qui précise avoir organisé mardi une réunion pour faire un point sur les premiers éléments réunis par les enquêteurs.

"Pouvoir avancer"

Pour Corinne Lepage, avocate de l'association Respire, l'ouverture de cette information judiciaire devrait accélérer l'avancée de cet épineux dossier.

"Le fait que trois juges d’instruction aient été désignés va permettre de déposer directement entre leurs mains les plaintes et constitutions de parties civiles que nous avons préparées. Les parties civiles vont avoir accès au dossier d’instruction et on va pouvoir avancer", explique-t-elle. 

De son côté, Jonas Haddad, avocat des plaignants dans l’affaire de l’incendie de Lubrizol, estime que la participation de ces trois juges fait perdre de la valeur à "la thèse qui consistait à dire il y a quelques semaines que des personnes auraient mis le feu depuis l’extérieur."

"En fait, ce sont bien des manquements à des obligations de sécurité qui ont été constatés, en tout cas dans les premières enquêtes, et qui devront provoquer de plus profondes investigations", poursuit-il.

En filigrane, Lubrizol ainsi que Normandie Logistique, l'entreprise voisine, qui n'aurait pas respecté certaines consignes de sécurité, sont pointés du doigt

L'origine du feu pas encore déterminée 

Comme l'explique le parquet de Paris, près d'une centaine de témoins ont été auditionnés, une soixantaine de vidéos analysées, et de nombreux documents saisis lors de perquisitions réalisées le 10 octobre.

Mais "les nombreux actes d'ores et déjà réalisés n'ont pas permis de déterminer, à ce stade, les causes de cet incendie ni de localiser avec précision son origine", rappelle le parquet.

En guise de conclusion, Jonas Haddad rappelle également que l'ouverture de cette information judiciaire devrait également "être utile pour les assurances." 

"Elles vont voir avec l’ouverture de cette information judiciaire, que les personnes qui vont demander une indemnisation auront le droit de le faire, précise-t-il. 
Hugo Septier