BFMTV

Incendie dans les Bouches-du-Rhône: un mégot a-t-il pu provoquer l'embrasement?

Des pompiers à pied d'œuvre pour maîtriser l'incendie à Saint-Cannat, dans les Bouches-du-Rhône, le 15 juillet

Des pompiers à pied d'œuvre pour maîtriser l'incendie à Saint-Cannat, dans les Bouches-du-Rhône, le 15 juillet - Franck Pennant-AFP

Le feu qui a brûlé 800 hectares à Saint-Cannat, dans les Bouches-du-Rhône, et qui est toujours en cours ce lundi, pourrait avoir été provoqué par un mégot de cigarette. Les explications des pompiers.

Quelque 800 pompiers poursuivent ce lundi leurs opérations d'extinction et de contrôle de l'incendie qui a brûlé 800 hectares à Saint-Cannat, dans les Bouches-du-Rhône, mais qui est stabilisé depuis dimanche soir. C'est le plus important incendie de ce début d'été. Le feu, qui a pris samedi, est probablement accidentel, a indiqué le parquet d'Aix-en-Provence, évoquant l'hypothèse d'un jet de mégot de cigarette en bord de route.

"Nous avons en l'état des investigations menées par la gendarmerie nationale, évacué, a priori, l'hypothèse d'un geste criminel, nous n'avons aucun élément qui permet de le corroborer", a précisé dimanche le vice-procureur Rémy Avon, ajoutant que "l'hypothèse naturelle, d'un orage de chaleur ou autre, (était) également exclue".

"L'hypothèse du mégot devient la plus probable"

"Au vu de l'endroit d'où c'est parti, on pense que c'est accidentel, il n'y a pas de dispositif de mise à feu qui ait été trouvé", a ajouté lundi le lieutenant-colonel Nicolas Faure. "Si on élimine au fur et à mesure" les autres pistes, "l'hypothèse du mégot devient la plus probable", a-t-il poursuivi. Le mégot aurait été jeté à proximité d'un champ de blé tout juste moissonné en bordure d'une route à la sortie de la ville. 

"Les gens ne sont pas conscients du danger", le feu a pris dans "quelques herbes sèches au bord de la route et après, très vite, il a pris un champ, il a accéléré, et après derrière il y a un massif important et puis il a sauté d'un massif à l'autre", a-t-il détaillé.

Cette piste est "une des hypothèses possibles"

Le commandant des sapeurs-pompiers des Bouches-du-Rhône Christian Medani assure pour sa part à BFMTV.com qu'un "vulgaire" mégot jeté par la fenêtre d'une voiture peut tout à fait provoquer des dégâts aussi considérables mais rappelle que, pour l'heure, cette piste reste "une des hypothèses possibles" alors que l'enquête se poursuit.

"Un mégot jeté par la fenêtre d'une voiture dans un champ de blé coupé avec un vent sec soufflant à 70 km/h est en mesure de provoquer un incendie en quelques secondes. Ces végétaux séchés peuvent prendre feu très rapidement. Amplifié et attisé par les vents, ça va très vite."

Christian Medani indique que 70% des feux sont d'origine accidentelle. Jeter un mégot qui provoque, même involontairement, un incendie est puni d'une peine de trois ans de prison et de 45.000 euros d'amende. Le service départemental d'incendie et de secours, qui a également évoqué sur Twitter la piste du mégot, a appelé à la plus grande vigilance.

Céline Hussonnois-Alaya