BFMTV

Incendie d'une usine à Rouen: quel est l'impact du nuage de fumée sur la santé des riverains? 

Un incendie dans une usine Seveso de Rouen (Seine-Maritime), le 26 septembre 2019.

Un incendie dans une usine Seveso de Rouen (Seine-Maritime), le 26 septembre 2019. - BFMTV

A court terme, l'imposant nuage noir qui s'échappe de l'incendie normand ne devrait pas causer de dommages sur la santé des riverains.

Cela fait maintenant de longues heures que l'usine Lubrizol de Rouen, spécialisée dans les hydrocarbures et les additifs d'huiles, est en proie à un violent incendie. Sur place, les sapeurs-pompiers de Seine-Maritime tentaient de circonscrire l'incendie, qui avait perdu en intensité au fil de la matinée. 

"Le confinement est la meilleure solution"

Reste que, le sinistre a provoqué un imposant nuage noir qui s'étend sur une partie du département, et qui pourrait survoler la Somme voisine. Selon le préfet de Seine-Maritime de premiers tests réalisés sur le nuage écartent toute "toxicité aiguë des molécules prélevées." 

Malgré tout, les habitants de Rouen et de onze communes limitrophes ont été invités à limiter les déplacements pour la journée. "Sur ce genre d’industrie, il y a un plan particulier d’intervention qui contient une alerte des populations, et le confinement est la meilleure solution", confirme Laurent Rieu, sapeur-pompier et membre syndicat SNSPP-PATS auprès de BFMTV.

"Pas de risques graves immédiats" 

Pourtant, selon plusieurs témoignages, des riverains souffriraient déjà de quelques irritations au niveau du nez et de la langue. Rien d'inquiétant toutefois pour Margaux de Frouville, journaliste santé de BFMTV, qui souligne que "l'usine fabrique des additifs qui peuvent contenir des sels de métaux de potassium et de sodium, peu toxiques à l'état brut." 

En revanche, leur transformation sous l'effet de la chaleur est problématique, et pourrait expliquer ces douleurs. "A court terme, cela peut provoquer des irritations des voies aériennes, ça fait tousser. A plus long terme, en cas de prolongement, cela devient possiblement cancérogène car il s'agit hydrocarbures polycycliques." Toutefois, cette hypothèse d'un allongement dans le temps semble écartée.

En guise de conclusion, il reste fortement conseillé de suivre les directives des autorités et de rester confiné chez soi. "Si l’on respecte les consignes de sécurité, il n'y a pas de risques graves et immédiats pour la santé", conclut Margaux de Frouville. 

Hugo Septier