BFMTV

Gilets jaunes: premiers affrontements à Paris pour le 18e samedi de mobilisation

Un regain de violence a été observé ce samedi, aux abords des Champs-Elysées, pour ce 18e samedi de mobilisation.

Le climat est bien différent des précédents rassemblements. Dès ce samedi matin, autour de 11 heures, des affrontements étaient en cours entre les forces de l'ordre et un mélange de gilets jaunes et de black blocs, près de la place des Ternes. Des barricades ont notamment été installées en plein milieu de la route avenue Niel. La gendarmerie a fait usage de gaz lacrymogène et de canons à eau.

Près de 151 interpellations ont eu lieu dans la capitale, selon la préfecture de police de Paris. Cela signifie que les policiers ont, selon toute vraisemblance, trouvé des objets potentiellement dangereux en procédant à des fouilles à la sortie des gares, où des centaines de gilets jaunes se sont retrouvés pour ensuite se rendre aux divers points de ralliement, la plupart non déclarés à la préfecture, ou que des manifestants ont été arrêtés lors des heurts.

Des magasins pillés

Place de l'Etoile, des affrontements étaient également en cours. De nombreux black blocks lançaient des pavés sur les forces de l'ordre, qui effectuaient des tirs de sommation pour les disperser. 

Sur les Champs-Elysées, des magasins ont également été pillés par un groupe de casseurs, comme l'enseigne Hugo Boss. Un kiosque à journaux ainsi qu'une agence bancaire ont également été incendiés.

L'important incendie qui s'est déclaré dans l'immeuble abritant la banque a fait 11 blessés légers, parmi lesquels deux policiers. 

"Deux personnes ont été sauvées des flammes. Une femme et son bébé étaient coincés au deuxième étage", ont indiqué les pompiers.

Une journée cruciale

Espérant un "regain de mobilisation", la date a été annoncée depuis plusieurs semaines comme une journée cruciale, et ce alors que le nombre de manifestants est en baisse constante ces dernières semaines.

Selon les chiffres du ministère de l'Intérieur, sans cesse contestés par les "gilets jaunes", ils étaient 28.600 manifestants en France pour l'acte 17, soit dix fois moins que les 282.000 du 17 novembre lors de l'acte inaugural du mouvement.

Quelque 5.000 membres des forces de l'ordre et six blindés de la gendarmerie ont été déployés dans la capitale par crainte d'affrontements.

Clément Boutin