BFMTV

Gilets jaunes: à quoi s'attendre pour le 29e weekend?

Manifestation gilets jaunes du 18 mai 2019 à Reims

Manifestation gilets jaunes du 18 mai 2019 à Reims - François Nascimbeni - AFP

Sur les réseaux sociaux, la participation est annoncée faible sur les événements appelant aux rassemblements ce samedi. Plusieurs interdictions de manifester ont déjà été prises dans de nombreuses villes françaises.

Ce samedi, les gilets jaunes se préparent à un 29e weekend de mobilisation dans plusieurs villes de France. Selon les chiffres du ministère de l'Intérieur, les manifestants étaient 12.500 samedi 25 mai en France, pour le 28ème weekend, soit la plus faible participation depuis mi-novembre.

Ce samedi, il s'agira de la première manifestation consécutive à un scrutin nationale, celui des élections européennes. Les deux listes menées par des représentants de gilets jaunes n'ont pas obtenu beaucoup de succès à ce scrutin: Alliance jaune, menée par le chanteur Francis Lalanne, a remporté environ 0,54% des voix et Évolution citoyenne, avec à sa tête Christophe Chalençon, 0,01%.

  • Des interdictions de manifester dans plusieurs villes

Le point de convergence de ce samedi devait être le Puy-en-Velay (Haute-Loire). Mais le rassemblement a été annulé, annonçait Le Progrès mardi. Le centre-ville a tout de même été interdit aux manifestants, ainsi que la consommation d'alcool sur la voie publique. Une contre-manifestation pourrait avoir lieu à Clermont-Ferrand, d'après un événement Facebook.

A Lyon, des arrêtés interdisent toute manifestation dans l'hypercentre de la ville. De même à Dijon (Côte d'or). A Epinal (Vosges) la préfecture a validé le parcours d'un cortège déclaré, mais a interdit plusieurs rues du centre-ville aux manifestants. Plusieurs zones de l'Aisne sont également visées par des interdictions de manifester, notamment des ronds-points.

Les événements Facebook appelant à manifester restent nombreux, que ce soit à Rouen (Normandie), Dunkerque (Nord), Lille (Nord), Pau (Pyrénées-Atlantiques), Melun (Seine-et-Marne), Bordeaux (Gironde), Marseille (Bouches-du-Rhône), Montpellier (Hérault) ou encore Caen (Calvados). Mais ils ne sont suivis que par quelques centaines, voire dizaines, d'internautes.

  • Une manifestation attendue à Paris

A Paris, le groupe "Gilets Jaunes DECLA TA MANIF" - qui par définition déclare toujours ses rassemblements - a expliqué qu'une première demande de manifestation sur les Champs-Élysées avait une nouvelle fois été refusée, en raison des dégradations observées sur ce lieu les semaines précédentes.

"Nous allons attaquer au Tribunal administratif les arrêtés d'interdiction d'accès aux Champs Élysées ordonnés par Lallement [préfet de police de Paris ndlr] et constituant une atteinte à notre droit et liberté de manifester", écrivent les administrateurs de la page Facebook.

Une seconde a été déclarée avec un rassemblement à 11h place Denfert-Rochereau (XIVè) pour un départ à 13h et une dispersion à 18h place de la Nation (XIè et XIIè arrondissements). Priscillia Ludosky, une des figures du mouvement, a partagé l'information sur con compte Facebook, et des photos de l'autorisation ont été diffusées sur les réseaux sociaux.

Un événement "Dimanche Jaune", a également été créé, appelant à une manifestation dimanche 2 juin dans la capitale, sans plus de précisions.

Salomé Vincendon