BFMTV

Gare aux « faux » gilets jaunes

-

- - -

Alors qu’ils sont devenus obligatoires pour les automobilistes, des petits malins profitent de la pénurie pour vendre des gilets jaunes non homologués.

Le gilet jaune et le triangle sont obligatoires dans l'habitacle depuis le 1er juillet, et les automobilistes contrôlés sans triangle ni gilet seront sanctionnés à partir du 1er octobre 2008 d'une amende de 90 euros (135 euros si majorée). Aujourd'hui, sur 35 millions d'automobilistes français, seuls 20 millions se sont déjà équipés. En Espagne, une récente étude a montré que 60 % des gilets utilisés n'étaient pas conformes.

Or, selon plusieurs fabricants et associations de prévention routière, des gilets jaunes non homologués se vendent aujourd'hui sur les marchés en France. Ils se vendent d'une part plus cher (8 euros au lieu de 5 ou 6 pour les modèles conformes), et surtout leurs bandes perdent leur propriété réfléchissante au bout de quelques semaines. Plusieurs petits malins ont en fait profité de la rupture de stock au début du mois de juillet pour se lancer dans la frabication et la vente de gilets jaunes non conformes.

Pierre Gustin, délégué général à la Prévention Routière, explique que « ces gilets ne répondent pas aux normes européennes concernant le fait qu'ils soient rétro-réfléchissants et que les bandes rétro-réfléchissantes soient assez larges pour être vues de loin. Donc ces gilets ne joueront pas complètement leur rôle et les propriétés rétro-réfléchissantes vont s'atténuer au bout de quelques semaines ou quelques mois. De plus, les prix peuvent monter juqu'à 8 euros alors qu'un gilet vaut 5 ou 6 euros ».

Comment reconnaitre ces "faux" gilets ?

Pour éviter d'acheter un « faux » gilet, Pierre Gustin conseille de « d'abord vérifier s'il y a bien deux bandes rétro-réfléchissantes. Deuxièmement, à l'intérieur du gilet, il doit y avoir obligatoirement une petite étiquette qui est soudée au gilet, comme sur un vêtement, avec la marque, la référence de la norme européenne EN471 et le grand sigle CE, comme on est habitué à le voir sur un grand nombre de produits homologués en Europe ».

La rédaction et Céline Martelet