BFMTV

Eric Zemmour ne fait pas appel de sa condamnation

Eric Zemmour ne fera pas appel de sa condamnation par le tribunal correctionnel de Paris pour provocation à la discrimination raciale. Le journaliste estime en effet avoir "gagné sur la diffamation", qui était le motif initial des poursuites engagées par

Eric Zemmour ne fera pas appel de sa condamnation par le tribunal correctionnel de Paris pour provocation à la discrimination raciale. Le journaliste estime en effet avoir "gagné sur la diffamation", qui était le motif initial des poursuites engagées par - -

PARIS (Reuters) - Le chroniqueur Eric Zemmour ne fera pas appel de sa condamnation par le tribunal correctionnel de Paris pour provocation à la...

PARIS (Reuters) - Le chroniqueur Eric Zemmour ne fera pas appel de sa condamnation par le tribunal correctionnel de Paris pour provocation à la discrimination raciale, annonce son avocat, Olivier Pardo.

Le journaliste estime en effet avoir "gagné sur la diffamation", qui était le motif initial des poursuites engagées par des associations antiracistes et le seul retenu par le parquet, dit-il dans un communiqué.

"Le tribunal, après l'avoir relaxé de cette infraction, a cru bon de le condamner pour provocation à la discrimination", ajoute-t-il, précisant que son client souhaite que désormais "le débat se déroule en dehors de l'enceinte judiciaire."

Eric Zemmour a été condamné le 18 février à une amende avec sursis de 2.000 euros pour provocation à la haine raciale ou à la discrimination raciale après ses propos sur les "noirs et les arabes".

Le secrétaire d'Etat aux Transports, Thierry Mariani, a suscité la colère des parties civiles en critiquant une condamnation à ses yeux "regrettable" et en fustigeant les "professionnels de l'antiracisme."

SOS-Racisme a en outre dénoncé l'invitation d'Eric Zemmour à un débat de l'UMP, mercredi, sur le "trop-plein de normes".

"Une partie de l'UMP, fort heureusement contestée par une autre partie, se situe dans une inquiétante dérive, fort peu compatible avec l'esprit de la République", écrit l'association dans un communiqué.

Le parti majoritaire a affirmé que cette invitation avait été lancée avant la condamnation du polémiste.

Gérard Bon, édité par Yves Clarisse