BFMTV

Environ 500 migrants de retour à Calais

À Calais, les migrants sont de retour.

À Calais, les migrants sont de retour. - BFMTV

Cinq mois après le démantèlement de "la Jungle", les migrants sont de retour à Calais. Ils sont, selon une enquête de BFMTV, un demi-millier dans la commune du Pas-de-Calais. Avec tous le même rêve: rejoindre l'Angleterre.

Le lundi 24 octobre dernier, le démantèlement de la "Jungle" de Calais débutait. Cinq mois plus tard, les migrants sont de retour sur les terres de la commune du Pas-de-Calais. Depuis le 2 janvier dernier, ils sont environ 500 à être revenus, selon l'enquête de BFMTV, avec un seul espoir: traverser la Manche pour rejoindre l'Angleterre.

Les associations d'aide aux migrants ont repris leurs maraudes. La préfecture et la ville ont pourtant pris des arrêtés interdisant ces distributions de nourriture:

"On est hors-la-loi. On n'a pas le droit de distribuer de nourriture. On fait avec nos petits moyens. On essaye au moins de leurs donner à manger et qu'ils aient un peu de dignité", déplore Yolaine Bernard, vice-présidente de l'association "Salam".

120 procédures par jour

Depuis le dernier démantèlement, la crainte des autorités est de créer un nouvel appel d'air. Par conséquent, la tolérance zéro est de rigueur en ce qui concerne ces nouvelles arrivées de migrants:

"On est à 120 procédures par jour. Le centre de rétention administrative de Coquelles est plein. Il est complètement saturé", explique Gilles Debove, délégué SGP Police Force Ouvrière.

Des aires d'autoroutes interdites aux camions

Pour éviter les intrusions à bord des poids-lourds, certaines aires d'autoroute ont été interdites aux camions. Une décision que dénonce Xavier Bertrand, président de la région Hauts-de-France:

"C'est la politique de l'autruche de dire 'on ferme tout comme ça, il n'y a pas de problèmes'. Je n'ai pas envie qu'on retourne à l'époque du Far-West."

En octobre 2016, la "Jungle" de Calais était démantelée et les 6.400 migrants qui y vivaient, étaient répartis dans différents centres à travers la France.

Arthur Blanquet