BFMTV

"Elle est comme nous": à Belfort, l'incompréhension des parents après les invectives contre une mère voilée en sortie scolaire

Un élu RN prend à partie une femme voilée lors du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté: vive polémique sur les réseaux sociaux

Un élu RN prend à partie une femme voilée lors du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté: vive polémique sur les réseaux sociaux - Capture d'écran Twitter

Les parents d'élèves ont apporté leur soutien à la mère de famille voilée prise à partie par un élu frontiste. Tout comme la présidence de la région Bourgogne-Franche-Comté qui répète qu'il n'y a eu "aucune entorse".

"Elle est comme nous." À Belfort (Territoire de Belfort), devant l'établissement scolaire dont est issue la mère de famille portant un foulard violemment prise à partie vendredi par un élu du Rassemblement national, les parents d'élèves ne cachent pas leur incompréhension. Ils regrettent une attaque inutile, tout comme la présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté, qui a apporté son soutien à la maman accompagnatrice.

Elle est "bien gentille d'accompagner nos enfants", affirme une mère de famille à la sortie des classes. "Pourquoi l'avoir interdit et pourquoi se mettre à crier comme ça ?" "C'est déplacé", abonde une autre. "De nos jours, ça n'a plus sa place dans la société. La maman était là pour s'impliquer dans la vie de son enfant".

L'élu RN n'a "aucun regret"

Ces dernières réagissent à la violente invective de Julien Odoul, membre du bureau national du RN, dans l'enceinte du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté vendredi. L'élu a exigé qu'une femme, venue accompagner son fils et ses camarades dans le cadre d'une sortie scolaire, retire son voile.

"Nous sommes dans une enceinte démocratique. Madame a tout le loisir de garder son voile chez elle, dans la rue mais pas ici. Pas aujourd'hui", avait lancé Julien Odoul, devant les enfants présents lors de cette réunion publique, suscitant un nouveau débat sur le voile au niveau national.

Malgré l'indignation provoquée par ses propos, Julien Odoul a affirmé lundi au micro d'Europe 1 n'avoir "aucun regret". "Venir dans une enceinte démocratique, avec un voile islamique, je considère que c’est une provocation communautariste", a-t-il affirmé.

Aucune entorse à la loi

Pourtant, le Conseil d'État relève que les accompagnants ne peuvent être considérés comme des agents auxiliaires du service public et ne sont donc pas soumis à la neutralité religieuse imposée aux enseignants. La mère de famille présente ce vendredi avait donc tout à fait le droit de porter son voile, répète à BFMTV Michel Neugnot, premier vice-président PS de la région:

"La présidente a demandé à ce que les services lui donnent le règlement intérieur pour vérifier. Si vous le lisez, il n'y a aucune entorse."

Marie-Guite Dufay a contacté la mère de famille le soir-même pour lui assurer de son soutien. Elle a par ailleurs annoncé son intention de la rencontrer prochainement, dans le cadre d'une rencontre privée, précise France 3 Bourgogne-Franche-Comté. L'élu socialiste a également effectué un signalement auprès du procureur de la République:

"C’est à lui de dire le droit et le cas échéant d’engager les poursuites contre les auteurs de ces propos que je réprouve totalement." La présidente de région précise à la chaîne qu'elle se "réserve le droit de porter plainte".
Esther Paolini avec AFP