BFMTV

Le RN s'insurge contre la présence d'une femme voilée à un Conseil régional lors d'une visite scolaire

Marie-Guite Dufay, élue présidente du Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, le 4 janvier 2016

Marie-Guite Dufay, élue présidente du Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, le 4 janvier 2016 - JEFF PACHOUD / AFP

La présence d'une femme voilée, qui accompagnait la classe de son fils lors d'une assemblée plénière du Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, a déclenché la colère des élus Rassemblement national.

Ce devait être une simple sortie scolaire qui a finalement tourné au fiasco. Vendredi 11 octobre, des élèves d'une classe de CM2 assistaient à une assemblée plénière du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté à Dijon dans le cadre d’une opération civique baptisée "Ma République et moi", destinée à leur faire découvrir le fonctionnement des institutions. La présence d'une mère de famille, une femme musulmane voilée, qui accompagnait son fils et ses camarades, n'a toutefois pas plu au président du groupe Rassemblement national du Conseil régional.

Dénonçant "une atteinte scandaleuse à notre principe de laïcité", Julien Odoul a ainsi réclamé à la présidente de la région, la socialiste Marie-Guite Dufay, "de bien vouloir faire respecter la loi et (ses) principes républicains en exigeant le retrait de ce voile islamique, signe religieux ostentatoire et étendard de l’islam politique", précise un communiqué publié par le groupe politique.

"Un déferlement de haine sans précédent"

Après de longues minutes de discussions houleuses et face au refus de la présidente de demander à la mère d'enlever son voile, les élus RN sont finalement sortis de l'hémicycle, rapporte Le Monde. La classe a également quitté l'assemblée, alors que le fils de l'accompagnatrice voilée était en larmes. Quelques minutes plus tard, en chemin vers les toilettes situé dans le sous-sol du bâtiment, la mère de famille s'est par ailleurs fait violemment apostropher par une élue d'extrême droite.

"Elle lui disait: 'Vous êtes soumise, vous allez voir, quand les Russes vont arriver, vous allez dégager!' C’était très agressif", a raconté Jacqueline Ferrari, élue de l’Union des démocrates et des écologiste, au quotidien.

Dénonçant "un déferlement de haine sans précédent", Marie-Guite Dufay a annoncé dans un communiqué qu'elle n'excluait pas "de signaler ces faits au Procureur de la République et de porter plainte".

Mélanie Rostagnat