BFMTV

Val-de-Marne: des parents d'élèves bloquent le collège pour dénoncer "le manque de moyens"

Le collège Jean-Perrin au Kremlin Bicêtre

Le collège Jean-Perrin au Kremlin Bicêtre - Google Maps

Les parents d'élèves ainsi que les professeurs demandent notamment la reconduction du poste d'aide à la direction qui était occupé jusqu'à juillet par un enseignant.

Ils dénoncent le "manque de moyens" dans le collège de leurs enfants: une soixantaine de parents d'élèves du collège Jean-Perrin au Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne) ont voté mardi le blocage de l'établissement où il n'y a plus cours depuis quinze jours.

Au coeur des revendications de ces parents d'élèves ainsi que des enseignants, la non-reconduction depuis septembre du poste d'aide à la direction, une sorte de principal adjoint. Ce poste était occupé de façon "temporaire" par un enseignant qui a quitté l'établissement en juillet, selon le rectorat de Créteil.

"Aujourd'hui, la directrice est seule pour gérer 370 élèves. Ce n'est pas tenable", dénonce Jérôme Giblin qui enseigne l'histoire-géographie depuis 10 ans dans l'établissement. "Nous sommes un collège populaire et mixte avec des élèves qui ont besoin d'un accompagnement et cela ne peut être fait sans ce poste", abonde Camille Steinmann, professeure d'EPS au collège Jean-Perrin, en expliquant que depuis septembre, le collège a vu resurgir des "incivilités" et de "la micro-violence".

Plus de cours depuis le 13 novembre 

Pour dénoncer ce "manque de moyens", les professeurs ne font plus cours depuis le 13 novembre. "On accueille les élèves, on leur propose des activités mais on ne fait pas cours", précise l'enseignante.

Une situation comprise par la grande majorité des parents d'élèves qui demande la reconduction de ce poste. C'est le cas de Karine Fadly, dont le fils est actuellement en classe de 4e. "On a rencontré l'inspection académique le 16 octobre qui nous a dit comprendre notre démarche. Mais depuis, plus rien. Nous avons demandé à être reçu à nouveau, sans succès", raconte la mère de famille qui a voté le blocage de l'établissement.

"Poste indispensable"

Selon elle, ce poste d'aide à la direction est tout simplement "indispensable" au bon fonctionnement du collège. "Cette personne s'occupe des plannings, de l'orientation, de l'aide aux devoirs... Qui va s'en occuper maintenant qu'il n'y a plus personne?", interroge-t-elle. "C'est à nous que l'on va en demander plus", affirme Jérôme Giblin. L'enseignant y voit une façon pour l'Éducation nationale de "faire des économies sur le dos d'établissements en difficulté".

Pour le rectorat, qui dit suivre le dossier "avec attention", "le profil de l'établissement ne nécessite pas la création d'un poste de direction" mais affirme que d'autres réponses sont à l'étude pour répondre aux craintes des parents et des enseignants.

Paul Louis avec AFP